Les cinq marchés publics de la Mauricie sont maintenant ouverts. Sur la photo: Annabelle Veillette, du marché champêtre de Saint-Narcisse, Justine Prud’homme, administratrice du marché public de Shawinigan, Claire Plourde, responsable des communications au Musée Pop, Larry Bernier, président du PDAAM, Robert Gauthier, maire de Saint-Élie-de-Caxton, Jean Lamarche, maire de Trois-Rivières, Normand Houle, directeur régional du ministère de l’Agriculture des Pêcheries et Alimentation du Québec (MAPAQ), et Paul Carbonneau, maire de Yamachiche.

C’est parti pour le marché public de Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — C’est sous un soleil brillant que le marché public de Trois-Rivières a accueilli ses premiers clients. Fruits et légumes, pains et viennoiseries, viandes et prêts-à-manger: une douzaine de producteurs se sont rassemblés afin d’offrir des aliments frais qui proviennent de la région, et ce, pendant tous les jeudis de l’été de 15 h à 19 h.

«Il n’y a pas eu de marché public à Trois-Rivières depuis les années 90. Le Musée Pop cherchait à animer les préaux l’été, donc le Plan de développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire de la Mauricie (PDAAM) a fait une collaboration avec le musée afin de développer un marché public pour la clientèle du centre-ville et aussi pour les Trifluviens qui veulent se déplacer en ville», explique Stéphanie Dufresne, coordonnatrice du marché public de Trois-Rivières pour le PDAAM.

En quelque sorte, plusieurs bénéfices découlent de l’achat de produits locaux.

«L’expérience d’un marché public nous permet d’être connectés avec des aliments qui sont frais. En milieu urbain, c’est le plus près qu’on peut être de la récolte. Les marchés publics sont aussi un outil éducatif incroyable. C’est par là que va passer l’intérêt, ne serait-ce que pour la transformation, pour la cuisine, mais aussi pour le goût des aliments chez nos enfants», indique le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche, tout en saluant l’initiative du projet-pilote.

L’achat local a d’ailleurs un impact positif sur l’environnement. «Il ne faut pas oublier les avantages écologiques de consommer des produits locaux parce qu’en réalité les aliments qui voyagent moins vont produire moins de gaz à effet de serre. Souvent, il n’y aura pas de suremballage dans les marchés publics. Donc, c’est une façon aussi de réduire l’utilisation de plastique», rappelle Mme Dufresne.

Aussi, les marchés publics permettent de tisser des liens avec les producteurs. De cette manière, les clients savent d’où provient leur nourriture et comment elle est produite, soutient la coordonnatrice de l’événement.

Les marchés publics permettent de créer un contact privilégié entre le consommateur et le producteur.

Une grande variété de produits est offerte au marché. «On veut inviter les gens à passer au marché avant d’aller à l’épicerie. Ce qu’on peut consommer localement ça nous aide, ça dynamise notre territoire et ça appuie la démarche de nos producteurs en Mauricie», avoue Mme Dufresne.

En plus, plusieurs autres activités se dérouleront lors de l’événement afin de créer une ambiance conviviale. «Pour animer le marché public, on a installé des tables à pique-nique. On a aussi un endroit pour les enfants avec des jeux de leurs grands-parents. En partenariat avec Culture 3R, on va offrir des prestations musicales alentour du piano public les 11 et 25 juillet et le 1er et 8 août», souligne Claire Plourde, responsable des communications au Musée Pop.

Avis aux intéressés,il est possible d’utiliser gratuitement le stationnement de l’édifice Capitanal, situé tout juste à côté du Musée Pop, pour accéder au marché.

La saison est lancée en Mauricie

Les quatre autres marchés publics de la région ont profité de l’occasion pour lancer à leur tour la saison estivale, soit Saint-Élie-de-Caxton, Saint-Narcisse, Shawinigan et Yamachiche.

«Cette année, nous voulions créer des liens plus serrés entre les cinq marchés publics de la Mauricie. Le soutien du PDAAM s’élève à 53 600 $. Il a permis l’embauche d’une ressource consacrée au développement des marchés publics, la coordination du Marché public de Trois-Rivières à titre de projet-pilote ainsi que le déploiement d’une campagne de promotion régionale intitulée ‘‘Le meilleur de la Mauricie dans vos marchés publics’’», soutient Larry Bernier, président du PDAAM.

Le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec ont également accordé une aide financière de 16 800 $ pour la réalisation de ce projet, aide qui est offerte par l’entremise du Programme Proximité, en vertu du Partenariat canadien pour l’agriculture.

Pour connaître les horaires des marchés publics à travers la Mauricie, consultez le www.lemeilleurdelamauricie.com/marches-publics.