Jacques Dehais a vu s'écrouler ses serres sous le poids de la glace.

«C'est l'économie d'une vie qui s'est écrasée»

Les températures douces qui font fondre la neige et la pluie qui s'ajoute aux accumulations de neige peuvent devenir une combinaison dangereuse pour les toitures.
Les risques d'affaiblissement et même d'effondrement sont décuplés et peuvent engendrer des situations tragiques comme c'est le cas actuellement à Saint-Tite.
Les citoyens doivent être vigilants avec les toitures de leurs maisons, mais ce sont les toits de grands bâtiments non résidentiels, comme les hangars ou les fermes, qui comportent le plus de risques. D'ailleurs, la multiplication des incidents dans les derniers jours le prouve.
«Ce ne sont pas tous les bâtiments qui sont faits pour recevoir une telle charge sur le toit. On recommande aux citoyens d'avoir l'oeil aguerri et de déneiger avec l'aide d'un déneigeur ou de quelqu'un qui est spécialisé là-dedans», mentionne Rudy Hamel, chef de section analyse de risque, schéma et sécurité civile à la Ville de Trois-Rivières.
Un agriculteur de Charette a d'ailleurs eu toute une surprise dans les derniers jours alors que ses serres qui accueillaient, entre autres, des vignes et des fraises se sont toutes écroulées sous le poids de la glace.
«J'ai 1500 mètres carrés de serre, et il n'y a plus rien. Tout est aplati. À cinq minutes près, je me faisais écraser dessous [...] Il n'y a pas que moi, il y a une grange aussi tout près qui s'est écroulée», a observé Jacques Dehais.
Ce dernier évalue les pertes à près de 400 000 $. Il faut dire que d'enlever la neige sur les serres n'est pas aussi simple qu'on pourrait le penser.
«Ça ne se déneige pas. Si tu veux monter dessus avec une pelle, c'est certain que tu défonces le plastique. Depuis 10 ans, il y a des fils électriques qui font fondre la neige. [...] Cette année, il a plu sur la neige, il s'est fait une couche de glace, il y a de la neige qui est retombée, il y a eu une autre couche de glace... Il y avait cinq ou six épaisseurs de glace. Avec tout ce poids, ça s'est effondré», constate-t-il.
«Ç'a fait tellement de vacarme que la maison a bougé. [...] C'est l'économie d'une vie qui s'est écrasée», a ajouté M. Dehais.
Il faut dire que la pluie augmente de façon considérable le poids de la neige sur la toiture.
«Si la neige est gorgée d'eau, le poids peut être décuplé», confirme Rudy Hamel.
Il existe des signes d'un affaiblissement possible de la toiture. Il faut porter une attention particulière aux portes de garde-robe, d'armoire ou de chambre à l'intérieur de la maison qui, soudainement, sont plus difficiles à fermer ou qui coincent. On pourrait également remarquer des fissures.
Dans certains quartiers, il existe des règlements pour le déneigement des toitures. «À Trois-Rivières spécifiquement, dans les vieux quartiers il y a un règlement de déneigement obligatoire s'il y a un danger de projection au sol via les trottoirs. C'est pour éviter que des amoncellements de neige ou de glace tombent sur la voie publique», confirme M. Hamel.
Des conseils de sécurité
La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a aussi tenu à rappeler l'importance de bien planifier les travaux à effectuer pour éviter les accidents. 
La CNESST a même dressé une liste de conseils pour déneiger un toit de façon sécuritaire. 
On souligne, entre autres, que «le meilleur moyen d'éviter une chute d'un toit est tout simplement de s'abstenir d'y grimper. Autant que possible, déneiger un toit en pente en effectuant le travail à partir du sol».
La CNESST conseille aussi de porter un équipement de protection individuelle contre les chutes. Il est suggéré aussi de prévoir des mesures de sauvetage appropriées en cas de chute.
On recommande d'enlever la neige à partir du haut vers le bas du toit et de déneiger les abris de toile temporaires avec un râteau de toit. «Il ne faut jamais effectuer le déneigement en poussant la toile à partir de l'intérieur, car l'abri pourrait s'effondrer sur le travailleur.»