Alain Rayes

«C’est le néant» pour le TGF, déplore Alain Rayes

TROIS-RIVIÈRES — Le projet train à grande fréquence (TGF) Québec-Windsor est absent du budget fédéral, déplore Alain Rayes, député de Richmond-Arthabaska et lieutenant politique du Québec pour le Parti conservateur du Canada (PCC).

«L’élément qui me déçoit, car je ne trouve rien dans le budget, est le dossier du TGF, dossier que le ministre Marc Garneau avait annoncé l’an passé en disant qu’au mois de décembre, il donnerait sa décision», soutient Alain Rayes, quelques instants après le dépôt du budget.

Le lieutenant politique du Québec pour le PCC rappelle que ce projet de TGF vise à favoriser le développement économique, la diminution des gaz à effet de serre ainsi que permettre à VIA Rail d’atteindre l’équilibre budgétaire. «Encore là, pas de nouvelle. C’est le néant. Sachant que nous avons François-Philippe Champagne dans la région, qui est le responsable des infrastructures, on a hâte que les bottines suivent les babines et que ce projet avance pour faire débloquer les sommes pour que le projet se réalise chez VIA Rail», affirme le député de Richmond-Arthabaska.

«On ne voit actuellement aucun signal clair que ce projet de VIA Rail va voir le jour dans les prochaines années. Ça va prendre un signal beaucoup plus fort que ça.»

Par ailleurs, Alain Rayes estime que le budget des libéraux est «un saupoudrage électoral». «C’est un budget avec plein de petites annonces, pour un total de 41 milliards sur cinq ans. C’est un peu le prix que Justin Trudeau a mis pour essayer de couvrir et d’étouffer le scandale de SNC-Lavalin», ajoute Alain Rayes.

Au sujet des sommes qui sont consenties aux producteurs laitiers, Alain Rayes mentionne qu’il s’agit d’un pas dans la bonne direction, mais que les détails de l’attribution des dédommagements restent à être définis.