Plusieurs organismes ont ajusté leur offre aux enfants en fonction des mesures sanitaires.
Plusieurs organismes ont ajusté leur offre aux enfants en fonction des mesures sanitaires.

C’est la Grande semaine des tout-petits

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — La Grande semaine des tout-petits, qui se déroule du 15 au 21 novembre, se veut une occasion de susciter le dialogue autour du développement des jeunes enfants et de mettre en lumière les initiatives locales et régionales qui soutiennent la petite enfance.

Les résultats de l’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle démontrent en effet qu’environ 1 enfant sur 4 (1 sur 3 en milieu défavorisé) présente une vulnérabilité dans au moins un domaine de son développement à la maternelle. Elle révèle aussi que 12,7 % des enfants de la Mauricie présentent une vulnérabilité dans le domaine du développement cognitif et langagier, alors qu’au Centre-du-Québec, c’est 11,8 % comparativement à 11,1 % pour le Québec.

Le CIUSSS MCQ rappelle que les bouleversements associés à la pandémie, comme les mesures de confinement et la conciliation travail-famille, ajoutent des obstacles dans le quotidien des familles.

«Les équipes de la santé publique sont conscientes que les mesures mises en place pour limiter la propagation du coronavirus demandent beaucoup d’adaptation. J’encourage les gens à faire preuve de solidarité et de bienveillance, particulièrement envers les plus vulnérables de notre population», indique la directrice de la Santé publique en Mauricie et Centre-du-Québec, Marie-Josée Godi. «En prenant soin de nous, en nous permettant de demander de l’aide au besoin et en étant créatifs dans l’adaptation de notre routine, nous réduisons les impacts de la pandémie sur les tout-petits», fait-elle valoir.

De son côté, le CIUSS MCQ souligne que plusieurs de ses équipes travaillent quotidiennement auprès des familles. «Les services qui leur sont offerts sont essentiels et adaptés au contexte de la situation actuelle. Cette offre s’actualise en collaboration avec de nombreux partenaires, dont les organismes communautaires, les centres de pédiatrie sociale, les centres de la petite enfance et le réseau scolaire», indique Nathalie Garon, directrice du programme jeunesse-famille.

Plusieurs organisations ont adapté leurs activités destinées aux tout-petits en fonction des mesures sanitaires. Plusieurs bibliothèques, notamment celles de Shawinigan et de Trois-Rivières, offrent des activités virtuelles comme L’heure du conte ainsi que des conférences sur divers thèmes. L’Association des bibliothèques publiques du Québec recense d’ailleurs l’ensemble des activités sur le site web de l'association.