Lorsqu'ils ont quitté l'hôtel de ville en après-midi, Hélène Bellemare et Bernard Soucy ont entendu des remarques désobligeantes.

«C'est fini pour moi»

À l'extérieur de Shawinigan pour des motifs personnels lundi soir, Bernard Soucy a été informé par Le Nouvelliste du résultat du registre.
Il n'est pas tombé en bas de sa chaise en apprenant que seulement trois personnes s'étaient déplacées à l'hôtel de ville pendant la journée pour contester le fameux changement de zonage. «Ce n'est pas surprenant», commente-t-il.
«Moi-même, ça a tout pris pour que j'y aille. Quand j'ai vu ces gens (devant l'hôtel de ville), ça ne m'a pas incité à me rendre là. Ce n'était pas invitant!»
M. Soucy s'est présenté à l'hôtel de ville en milieu d'après-midi en compagnie d'une autre opposante, Hélène Bellemare.
Les deux citoyens ont entendu des remarques désobligeantes à leur endroit lorsqu'ils ont quitté les lieux. «C'était un débat émotif, pour les emplois», répète M. Soucy. «Les gens ont dérapé énormément. Je ne pensais jamais que ça irait comme ça.»
Les commentaires sur les fameux réseaux sociaux ont visiblement ébranlé cet homme, au point où il se promet de ne plus intervenir dans les affaires publiques à l'avenir.
«Je suis quand même satisfait d'avoir effectué la démarche pour que la Ville donne plus d'information», explique-t-il.
«Mais avec ce que j'ai vécu, je m'aperçois que ça ne vaut pas la peine. Jamais je ne vais intervenir dans un dossier de la Ville à l'avenir. Je ne m'embarquerai plus là-dedans, c'est fini pour moi. Ma liberté d'expression est terminée.»