Lucie Allard, candidate péquiste dans Nicolet-Bécancour.

«C’est fini les gaz de schiste»

BÉCANCOUR — Selon la candidate du Parti québécois dans Nicolet-Bécancour, Lucie Allard, aucun nouveau projet d’hydrocarbures ne sera autorisé sous un gouvernement péquiste et les permis d’exploration et d’exploitation seront graduellement retirés.

«Notre parti mettra fin dès son élection à tout projet d’exploration et d’exploitation des gaz de schiste. Les libéraux et les caquistes se cachent derrière le concept d’acceptabilité sociale. Moi, je me présente visière levée devant mes électeurs et ma position est claire. C’est fini les gaz de schiste», a-t-elle déclaré.

Par ailleurs, non seulement Jean-François Lisée, comme premier ministre, conserverait la responsabilité du développement durable, mais il ferait adopter une loi affirmant la primauté de la compétence du Québec en matière d’environnement et une loi antidéficit climatique. Et les programmes du Fonds vert seront revus en profondeur.

«Dans la région, cela signifie par exemple que nous pourrions aider les municipalités dans les projets de développement domiciliaire qui mettent de l’avant les principes de développement durable. Et dans l’industrie, nous soutiendrons activement les entreprises innovantes qui contribuent à l’économie verte», explique Lucie Allard.

Dans le domaine des transports, le PQ mise sur l’électrification, le télétravail, le covoiturage, l’autopartage ainsi que sur le transport collectif et actif pour réduire significativement les émissions de GES.

Pour la candidate péquiste, ces objectifs doivent être priorisés partout au Québec, même en région. «Pourquoi ne pas s’assurer de développer notre transport collectif facilitant et adapté à nos réalités? L’offre actuelle ne répond pas à une réelle transition verte et de l’argent doit suivre pour assurer un service adéquat en région. Quant au transport actif, il est indispensable pour développer de saines habitudes de vie et de réduire notre empreinte carbone», renchérit Mme Allard.

Un gouvernement du Parti québécois inclura également les facteurs environnementaux dans les paramètres des appels d’offres publics pour faire obstacle au cycle linéaire «fabriquer, consommer, jeter». Dans l’aménagement du territoire, le PQ s’assurera que l’urbanisme et l’aménagement des milieux de vie sont compatibles avec un environnement sain.

«Par exemple, on doit aider les municipalités à uniformiser l’assainissement des eaux et l’installation des fosses septiques dans tout le territoire, avec une aide gouvernementale qui doit s’accélérer», croit-elle.

Enfin, le PQ propose de relancer la Charte du bois «et fera économiser les Québécois grâce à des habitations plus efficaces sur le plan énergétique».