Les 52 bureaux de l'impôt à travers le Canada, dont le Centre fiscal de Shawinigan, avaient effectué une sortie, lundi midi, en appui aux tables de négociations.

Centre fiscal: «Tout ça a assez duré»

Sans contrat de travail depuis le 31 octobre 2012, les membres du Syndicat des employé(e)s de l'impôt (SEI) ont profité lundi de la pause du dîner, au Centre fiscal de Shawinigan, pour exprimer leur appui à leur équipe de négociations, avec la reprise des pourparlers du 8 au 11 août.
«On veut que l'employeur soit sérieux. Tout ça a assez duré. On n'est plus capable d'attendre. On a un mandat de grève en poche. Attendez-vous qu'on vous demande d'autres actions si rien ne bouge. Et ça va être du sérieux», a prévenu la vice-présidente régionale suppléante de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Québec, Monique Déry.
Entre le 9 mai et le 23 juin, un protocole de règlement avait été soumis aux quelques 25 000 membres de l'AFPC-SEI et le tout fut rejeté, en plus d'être accompagné d'un mandat de grève.
«On a rappelé le gouvernement. Il a décidé de retourner aux tables de négociations le 8 août, jusqu'au 11 août. On ne sait pas quel mandat les libéraux ont donné à l'Agence, mais on leur donne une chance. Aucune mesure de grève ne sera prise tant qu'on n'aura pas fini la négociation», a précisé au Nouvelliste le conseiller syndical de l'AFPC, Normand Pelletier.
C'est dans ce contexte que les 52 bureaux de l'impôt au travers le Canada ont effectué une sortie, lundi midi, en appui aux tables de négociations.
«Ça fait 43 mois que la convention est finie. Depuis ce temps-là, on négocie», souligne celui qui identifie, comme principaux enjeux, l'indemnité à la retraite et l'indépendance des tables de négociations au sujet des salaires.