Le directeur général de la Ville de Nicolet, Pierre Genest, et la mairesse Geneviève Dubois.

Taxes à Nicolet: hausse moyenne de 1,9 %

Nicolet — «C’est un budget sous le signe de la consolidation avec beaucoup de projets sur la table. Et nous avons été victimes de sinistres naturels, soit des inondations en 2017 et 2019 et une panne électrique».

Voilà comment la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, a qualifié lundi les prévisions budgétaires 2020, de l’ordre de 14,9 millions de dollars, qui impliquent une hausse moyenne de 1,9 % du compte de taxes pour les citoyens... et l’achat de quatre génératrices. L’École nationale de police rapportera encore au-delà d’un million de dollars en revenu de taxation.

La hausse du fardeau fiscal est exactement de 1,9 % pour les contribuables de l’ancienne communauté de Nicolet tandis que ceux des anciens secteurs de Nicolet-Sud et Saint-Jean-Baptiste devront absorber des augmentations respectives de 2,1 % et 1,8 %.

Concrètement, pour une maison d’une valeur moyenne de 154 083 $ à Nicolet, cela représente une facture additionnelle de 41,62 $ alors que le bond est de 52,52 $ du côté de Nicolet-Sud, pour une résidence de 207 608 $. À Saint-Jean-Baptiste, le propriétaire d’une résidence de 216 761 $, toujours en moyenne, paiera 52,18 $ de plus.

En ce qui concerne les taxes de services, les seuls ajustements se situent au niveau de la taxe d’eau par mètre cube, qui passe de 1,01 $ à 1,03 $, et de l’enlèvement des ordures par unité de logement, qui grimpe de cinq dollars pour atteindre 102,50 $.

Le directeur général Pierre Genest a annoncé un surplus anticipé de 386 596 $ pour l’année en cours. Du même coup, il a indiqué que des projets auront été mis de côté en raison de plusieurs événements tout en évoquant l’effondrement de la toiture d’un entrepôt du service des Travaux publics.

«On s’équipe pour faire face aux changements climatiques. Et on veut réfléchir sur la gestion future des inondations», a fait savoir Geneviève Dubois.

Par ailleurs, le poids de la dette sera de 10,2 % en 2020, à 1,7 million de dollars, comparativement à 7,5 % cette année. «On est dans les cibles fixées de 10 %», a-t-elle tenu à souligner alors que son directeur général a ajouté qu’il était possible d’aller jusqu’à 12 % ou 13 %.

Quant au programme triennal d’immobilisations, il dépasse les 29 millions de dollars, dont près de 10,5 millions de dollars uniquement en 2020. Par exemple, une somme de 1,5 million est prévue pour des bâtiments, dans la catégorie Transport, dont le fameux entrepôt des Travaux publics, «payée essentiellement par les assureurs de la Ville», a signalé Pierre Genest.

Dans le volet Administration générale, une partie des 200 000 dollars budgétés servira justement à installer une génératrice à l’hôtel de ville, qui joue souvent le rôle de centre de coordination lors de sinistres. Au plan de la Sécurité publique, qui est dotée d’une enveloppe de 817 200  ollars l’an prochain, on prévoit la stabilisation de la rivière Nicolet à la suite de l’affaissement de terrains lors des inondations de 2017, «subventionnée à l’ordre de 75 %». Et un montant de 10 000 dollars permettra de faire un suivi sur la situation de pyrrhotite à la caserne.

Pour l’hygiène du milieu, près de deux millions de dollars sont provisionnés pour 2021 et 2022 en vue de réparer le réseau du centre-ville tandis qu’un budget de trois millions de dollars sera consacré en 2020 à un projet de bâtiment industriel, dans la catégorie Aménagement, urbanisme et développement, une initiative d’envergure MRC.

Sous la rubrique Communauté, l’éclairage du terrain de baseball est prévu l’an prochain tandis qu’en 2021, le développement de la rue du 12-Novembre fera l’objet d’un investissement de 2,4 millions de dollars. Amélioration du réseau cyclable et agrandissement du bâtiment abritant le bureau d’information touristique: voilà deux autres projets évoqués par les instances municipales. Et des travaux d’aménagement auront lieu au quai du Port Saint-François ainsi qu’au Centre d’interprétation écomaritime.