Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, est heureux de constater que les promoteurs passent de la parole à la pelle! Lors de l'annonce de l'implantation officielle de Stolt LNGaz, le premier magistrat avait apporté sa pelle en or réservée uniquement pour les grandes annonces.

Stolt LNGaz: le milieu emballé par le projet

La venue de Stolt LNGaz à Bécancour enchante les intervenants économiques de la région. L'arrivée de cette usine de liquéfaction de gaz naturel pourrait bien redonner ses lettres de noblesse au parc industriel de Bécancour qui a connu une décennie particulièrement sombre.
Pour souligner les bons investissements, le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, avait apporté sa pelle en or.
«Je suis très heureux. On passe de l'espoir à la réalité. J'apprécie tellement la façon dont l'entreprise s'est présentée à Bécancour. L'entreprise voulait respecter tout le monde, c'est remarquable. De plus, elle arrive avec son argent, elle n'attend pas de subvention. Le vent va tourner à Bécancour», mentionne le maire Dubois.
Par ailleurs, la venue de cette entreprise devrait avoir des effets positifs pour les coffres de la Ville, dans quelques années, puisqu'elle bénéficiera d'un congé de taxes foncières de quatre ans. Après cette date, quelques milliers de dollars seront versés à Bécancour annuellement.
En ce qui concerne le député provincial de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, il espère qu'il s'agit d'un premier pas vers une série de projets.
«Les travaux de construction vont donner beaucoup de travail aux entreprises de la région. Ça fait au moins un an et demi que je rencontre régulièrement les gens de Stolt LNGaz. À mon avis, ce n'est pas le gouvernement ni la stratégie maritime qui ont amené ce projet à Bécancour. Ce sont de bons entrepreneurs, ils ne demandent pas un sou à personne, ils ont regardé le meilleur site potentiel et ils ont reçu un bel accueil. Ils ont consulté beaucoup de gens. C'est une entreprise responsable. À Bécancour, on a un potentiel incroyable avec le parc industriel. Je ne cache pas qu'on a du boulot à faire. Ce n'est pas normal, après quarante ans, que ce parc industriel ne soit pas plein. On a le quai, l'autoroute et la voie ferrée. C'est le seul parc industriel qui a tout ça. Plusieurs endroits n'ont rien de ça et ils ont réussi à se développer. On peut juger le travail qui a été fait. On doit adopter une stratégie plus efficace», explique le député caquiste.
Pour le préfet de la MRC, Mario Lyonnais, la nouvelle était aussi positive. «La venue de cette industrie est un apport économique important pour la région et ses environs. Avec la fermeture de la Centrale nucléaire Gentilly-2, des conséquences économiques se sont fait ressentir dans la région. L'arrivée d'une telle usine confirme qu'il est possible de conjuguer activités industrielles et respect de l'environnement», a déclaré celui qui est aussi maire de Sainte-Françoise.
L'implantation de l'entreprise norvégienne à Bécancour est remarquée pour son projet, mais aussi pour son comportement jugé responsable, au dire du président de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, Jean-Guy Paré. «C'est fantastique. L'attitude est vraiment différente. Ils sont allés chercher des partenaires de la région. Ils ont adapté leur projet avec les commentaires de la communauté. C'est une entreprise familiale qui fonctionne très bien. Ça va redonner un pouvoir d'attraction au parc industriel», explique M. Paré.
Quant au chef de Wôlinak, Denis Landry, il trouve, lui aussi, positif que l'entreprise ait consulté la communauté abénaquise. Il croit même que la Ville de Bécancour devrait s'en inspirer. «Le chemin qu'ils ont pris pour consulter les Premières nations était très poli, très respectueux. À l'époque où Maurice Richard était maire, notre communauté était bien informée de ce qui se passait sur le grand territoire. Maintenant c'est à recommencer. Ils ont pris des photos, le député, les ministres, les dirigeants économiques, mais on ne m'a pas invité. Je trouve ça dommage», confie le chef Landry.
Par ailleurs, les réactions positives ont des échos à l'extérieur de la région. L'Association minière du Québec estime que ce projet permettra de développer l'ensemble de la province.
«Lors du dévoilement du plan d'action 2015-2020 du Plan Nord, le gouvernement s'est engagé à assurer un approvisionnement en gaz naturel à un prix compétitif. C'est un premier pas vers une plus grande utilisation du gaz naturel» souligne Josée Méthot, la présidente-directrice générale de l'AMQ. Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, Pierre Arcand, est aussi d'avis que le projet bécancourois sera positif pour tout le Québec.
«C'est essentiel pour le nord du Québec. On s'est engagé à faire du gaz naturel un levier de développement économique. Plusieurs projets nécessiteront une source d'approvisionnement stable. Cette usine aidera à répondre à la demande et c'est moins polluant que le mazout et le pétrole», a précisé M. Arcand.
jonathan.cyrenne@lenouvelliste.qc.ca
Décembre 2013
Premières démarches pour l'implantation à Bécancour
Mars 2014
Première médiatisation du projet
Septembre 2014
Séances d'information à Bécancour et Champlain organisées par Stolt LNGaz
Novembre 2014
La MR C de Bécancour recommande au ministre de l'Environnement une médiation au lieu d'une enquête avec audience publique pour le projet
Janvier 2015
Le gouvernement tranche, il y aura audience publique du BAPE
Février 2015
Audiences du BAPE
Juin 2015
Le BAPE juge le projet acceptable
Août 2015
Annonce officielle du projet
Printemps 2016
Début de la construction
Chronologie des événements
Décembre 2013
Premières démarches pour l'implantation à Bécancour
Mars 2014
Première médiatisation du projet
Septembre 2014
Séances d'information à Bécancour et Champlain organisées par Stolt LNGaz
Novembre 2014
La MRC de Bécancour recommande au ministre de l'Environnement une médiation au lieu d'une enquête avec audience publique pour le projet
Janvier 2015
Le gouvernement tranche, il y aura audience publique du BAPE
Février 2015
Audiences du BAPE
Juin 2015
Le BAPE juge le projet acceptable
Août 2015
Annonce officielle du projet
Printemps 2016
Début de la construction