Jean-Guy Dubois, maire de Bécancour.

Poursuite de 958 438 $: le maire de Bécancour souhaite un règlement

Voulant limiter ses commentaires puisque, dit-il, le conflit est judiciarisé et maintenant médiatisé, le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, souhaite un règlement dans le dossier d'une poursuite de 958 438 $ intentée par une propriétaire de terrain, Gisèle Ricard.
«C'est très surprenant de retrouver ça dans le journal. Je ne réglerai pas ça par les journaux, ni l'opinion publique. C'est une situation plate. Il y a deux côtés à une médaille. Mais il faut que ça se règle et on va s'organiser pour régler d'une façon ou de l'autre dans les prochains mois», a-t-il fait savoir.
En décembre 2012, Mme Ricard ainsi qu'un autre propriétaire du secteur de l'avenue Arseneault, à Saint-Grégoire, se sont vus imposer un avis de réserve pour fins publiques sur leurs terrains, ayant pour effet d'interdire tous travaux ou améliorations pour une période de deux ans. On reproche aussi à la Ville d'avoir laissé planer une expropriation à court terme avec, pour objectif, un développement commercial de type grande surface.
Des procédures ont donc été entreprises auprès du Tribunal Administratif du Québec afin d'obtenir cette indemnité de 958 438 $, et ce, en vertu de l'article 85 de la loi de l'expropriation du Québec.
«La Ville a fait pour bien faire à ce moment-là. On va décider de ce qu'on va faire, on prend acte de ce qui se passe», a conclu le maire Dubois.