On remarque Jean Lamarche du ministère des Transports, Réjean Descôteaux, président de la Société historique de la région de Pierreville, et Michelle Bélanger, directrice générale du Musée des Abénakis, peu de temps avant le vernissage de l'exposition soulignant les 82 ans du pont David-Laperrière.

Musée des Abénakis: une exposition retrace les 82 ans du pont David-Laperrière

À l'occasion des 82 ans du pont David-Laperrière, les sociétés historiques d'Odanak et de la région de Pierreville ainsi que le ministère des Transports du Québec présentent une exposition au Musée des Abénakis qui retrace les grandes pages d'histoire de cette infrastructure qui relie trois communautés: Saint-François-du-Lac, Pierreville et Odanak.
D'ailleurs, la destruction du premier pont David-Laperrière a été l'occasion pour Yan Descheneaux (réalisateur originaire de Pierreville) et Benoît Thomassin de faire un documentaire d'une trentaine de minutes sur l'historique de cet équipement. Faisant partie de l'exposition, cet outil est constitué d'images et de vidéos d'époque de même que de témoignages de citoyens de la région.
En plus de retracer l'histoire du pont qui a été inauguré en 1932, on assiste à la construction du nouveau, de 2011 jusqu'à la fin des travaux, l'an dernier. On estime à 8000 le nombre de véhicules qui empruntent cette artère à chaque jour.
Selon Jean Lamarche du ministère des Transports, le vieux pont avait une valeur patrimoniale certaine, ce qui a favorisé la réalisation du documentaire. «Quand il a été question d'une activité de commémoration, l'idée de faire une vidéo a été lancée», rappelle-t-il. L'exposition est complétée par des photos du pont à différentes époques en plus d'un morceau de structure en acier.
«L'idée d'une exposition visait à permettre aux gens des communautés de se remémorer l'histoire du pont à partir d'archives. On a aussi demandé au ministère des Transports de récupérer un morceau de ce pont-là et on va l'intégrer à nos collections, car pour nous, c'est important d'avoir un tel témoin historique», fait valoir Michelle Bélanger, directrice du Musée des Abénakis.
David Laperrière
David Laperrière est le nom d'une citoyen de Pierreville qui était un marchand de bois et qui a été maire et député libéral de 1923 à 1931; il est décédé en 1932. «Le pont a été inauguré en 1932 et c'est en 1934 qu'on lui a donné le nom de David Laperrière», fait remarquer Réjean Descôteaux, président de la Société historique de la région de Pierreville.
«C'est M. Laperrière qui avait demandé, alors qu'il était député à l'Assemblée nationale, qu'un pont soit construit entre les deux rives de la rivière Saint-François», ajoute Mme Bélanger. Jusque-là, il n'y avait que les bacs l'été et les glaces l'hiver pour relier les deux rives. «L'arrivée du pont a permis aux trois communautés d'échanger, que ce soit au point de vue commercial, social, culturel», renchérit-elle.
Ce faisant, cette infrastructure est devenue le trait d'union entre les trois communautés qui, auparavant, vivaient séparées les unes des autres. Surtout que des services sont répartis de chaque côté de la rivière Saint-François. «À l'école primaire, il y a un niveau d'un côté, et l'autre niveau est de l'autre côté. L'épicerie est d'un bord, mais la caisse populaire est de l'autre bord», donne en exemple M. Lamarche, qui cite une phrase d'Isaac Newton, physicien anglais: «Un pont réunit ce que la nature a séparé».
L'exposition peut être vue jusqu'au 1er juin 2014.