MRC et CLD de Bécancour: André Roy suspendu avec solde

Le conseil des maires de la MRC de Bécancour a décidé de suspendre avec solde le directeur général de la MRC et du CLD, André Roy pour des raisons qui restent confidentielles, d'où son absence mercredi soir à la séance régulière. Et selon ce que Le Nouvelliste a appris, on se dirige vraisemblablement vers un non-renouvellement de contrat qui était échu depuis le 31 décembre 2013.
«Tous les services ne changent pas au CLD et à la MRC», a assuré le préfet de la MRC, Mario Lyonnais. Si la secrétaire trésorière adjointe, Line Villeneuve, prendra la relève du côté de la MRC, le président du CLD, Guy St-Pierre, s'occupera de la suite des choses en ce qui concerne le centre local de développement.
Depuis son arrivée en poste en 2011, le mandat de M. Roy aura été marqué d'un mouvement de personnel avec le départ de trois employés du CLD en faveur du nouvel Office de tourisme de Bécancour. Et même le conseiller en développement touristique qui fut embauché subséquemment ne sera resté que quelques mois.
D'ailleurs, la question touristique aura été au coeur de vifs débats autour de la table des élus pendant plus d'un an, forçant l'adoption tardive de certaines prévisions budgétaires.
Sans tambour, ni trompette, la gouvernance de la MRC et du CLD aurait fait l'objet d'un diagnostic au cours des derniers mois. Et selon certaines sources, les relations de travail étaient problématiques à l'interne.
À la différence de son prédécesseur Laval Dubois, André Roy cumule la direction générale de la MRC et du CLD qui, dans ce dernier cas, était occupée auparavant par Diane Daviault.
Titulaire d'un bac en urbanisme et d'une maîtrise en administration (MBA) de l'Université de Sherbrooke, M. Roy avait en outre travaillé comme urbaniste pour la Ville de Drummondville avant de dévier vers le domaine du sport. Puis, il aura passé quelque temps en administration au Service de police municipale de Drummondville avant de faire partie du contingent de personnes, en tant qu'employé civil, qui ont émigré vers la Sûreté du Québec au moment où plusieurs municipalités du Québec ont aboli leur corps de police municipal au profit d'une desserte policière par la SQ. C'est par la suite qu'il avait fait le saut vers la Ville de Victoriaville.
Quand on lui avait demandé ce qui l'a incité à postuler cet emploi à la MRC et au CLD de Bécancour, M. Roy avait répondu que ce qui l'interpelle beaucoup, c'est d'être près de la population car il aime travailler avec les gens. Comme nouveau responsable de ces deux organismes, il entrevoyait une sorte de défi qui allait consister à déterminer comment on peut les arrimer ensemble pour en faire des organisations performantes et reconnues dans leur milieu, mais qui sont aussi des alliées dans leur fonctionnement.
Comme gestionnaire, il disait plaider beaucoup pour l'autonomie des employés. «Moi, ce que j'aime, c'est que les gens puissent laisser place à leur créativité», avait-il déclaré lors de son embauche.