Le maire de Saint-Léonard-d’Aston, Jean-Guy Doucet, sera honoré pour son implication à la tête de Moisson Mauricie/Centre-du-Québec.

Jean-Guy Doucet recevra la Médaille du souverain pour les bénévoles

Saint-Léonard-d’Aston — Venant d’amorcer une nouvelle vie comme maire de Saint-Léonard-d’Aston, Jean-Guy Doucet sera honoré mardi pour sa présidence à Moisson Mauricie/Centre-du-Québec de 2011 à 2017. La gouverneure générale du Canada, Julie Payette lui remettra la Médaille du souverain pour les bénévoles.

«J’accueille ça avec beaucoup de fébrilité et de fierté. C’est une belle reconnaissance après plusieurs années de bénévolat», a-t-il confié en marge de la cérémonie qui aura lieu à Rideau Hall, à Ottawa.

La Médaille du souverain pour les bénévoles reconnaît les réalisations bénévoles exceptionnelles de Canadiens partout au pays, dans un large éventail de domaines.

À son arrivée comme président du conseil d’administration, Moisson faisait face à de grands défis alors que les locaux ne correspondaient plus aux besoins et que la situation financière était difficile. À la fin de son mandat, l’organisme était installé dans une bâtisse aménagée afin d’assurer un travail sécuritaire et efficace.

«De plus, nous avions acquis un centre de tri. Grâce aux actions de M. Doucet, des administrateurs et de l’équipe, Moisson est parvenu à diversifier ses sources de financement. Nous avons pu développer rapidement l’implantation du Programme de récupération dans les supermarchés afin d’augmenter la quantité de nourriture et la variété de produits distribués aux personnes fragilisées de la Mauricie et du Centre-du-Québec», a souligné son successeur, Jean Pellerin, qui ne tarit pas d’éloges envers le récipiendaire de la Médaille pour ses compétences.

Pour sa part, Jean-Guy Doucet se dit fier des 79 organismes membres qui aident les 29 000 personnes, dont 9600 enfants, ayant recours à l’aide alimentaire chaque mois sur les deux rives.

«Je suis fier que mon implication ait permis aux gens de manger en plus de favoriser la mise en action de centaines de personnes en réinsertion sociale afin de leur permettre de développer leurs compétences dans un milieu de travail valorisant et respectueux. Je m’estime honoré d’avoir travaillé avec des gens passionnés, des gens de cœur», commente le principal intéressé.

Quant à ses nouvelles responsabilités, le p’tit gars de Saint-Léonard-d’Aston dit y retrouver le même genre de défi qu’à Moisson. «D’ailleurs, maire d’une petite municipalité, c’est beaucoup de bénévolat. Il y a une certaine rémunération, mais qui n’est pas du tout à la hauteur que cela exige. Mais je le savais et je l’ai accepté comme ça, il n’y a aucun problème», fait-il remarquer.

Élu sans opposition avec une équipe de conseillers, celui-ci ne manque pas d’affirmer que sa localité natale, avec les défis communs au monde municipal, est bien située.

«Elle a tout ce qu’il faut pour se développer, aréna, centre médical, industries dynamiques qui cherchent une quarantaine d’employés, championnats national et international», se plaît à énumérer celui qui confirme un projet d’agrandissement du parc industriel.

Moins de six mois après son entrée à l’hôtel de ville, ce dernier dit constater un changement de perception au sein de la population envers les élus.

«Les gens me disent qu’on est ouvert, à l’écoute, qu’on parle au monde. La fierté d’être à Saint-Léonard-d’Aston, c’était le thème de notre groupe. Et ça commence», conclut M. Doucet.