Sonia LeBel, députée de Champlain et ministre de la Justice
Sonia LeBel, députée de Champlain et ministre de la Justice

Centre des sciences au Parc de la Rivière Batiscan: «un produit d’appel extraordinaire»

TROIS-RIVIÈRES — La députée de Champlain et ministre de la Justice, Sonia LeBel, ne cache pas son enthousiasme face au projet de construction d’un Centre des sciences par le Cégep de Trois-Rivières au parc de la rivière Batiscan. «Je l’appuie. On est vraiment très excité», dit-elle en ajoutant qu’elle travaille avec le Cégep depuis le début de ce projet.

«Dès le début, on a travaillé avec le ministère de l’Éducation pour voir un peu comment on pourrait sauver ce produit-là tout en faisant aussi quelque chose d’un peu plus moderne», raconte la ministre.

Son bureau, dit-elle, est en soutien au porteur de ballon. En plus de rencontrer le Cégep, Mme LeBel et son équipe ont rencontré la MRC des Chenaux ainsi que Nicole Robert, la directrice du parc de la rivière Batiscan.

Le Centre des sciences serait «un produit d’appel extraordinaire au niveau de la région. Le parc de la rivière Batiscan est magnifique et n’est pas suffisamment connu à l’extérieur de la région. Le combo, pour une famille, d’observer les étoiles, d’aller sur le bord de la rivière et de faire de la tyrolienne, je pense qu’on va en avoir pour tous les goûts», dit-elle sans toutefois pouvoir s’avancer sur le montage financier. «On va les accompagner et tout faire pour que ça trouve une résolution rapide», indique la ministre.

Du côté de la MRC des Chenaux, le projet a reçu l’appui de toutes les municipalités, indique le directeur général, Patrick Baril. La MRC est même en train de voir comment elle pourrait inclure, dans son schéma d’aménagement, des mesures permettant de limiter la pollution lumineuse en provenance des villages. Elle s’inspirera des mesures prises dans d’autres endroits où se trouvent des télescopes, comme le mont Mégantic, par exemple.

«Il s’agit d’un projet porteur et rassembleur» qui pourrait avoir des retombées sur toute la Mauricie, prévoit M. Baril.

La directrice du parc de la rivière Batiscan, Nicole Robert, ne cache pas son emballement non plus. Pour elle, l’association entre le Parc et ce projet, qui serait construit à l’entrée du secteur du Barrage, est tout à fait naturelle à cause de la mission éducative du parc. Cela renforcerait de beaucoup la tendance que veut prendre le Parc d’offrir des services à l’année, dit-elle et «ça permettrait d’augmenter la fréquence journalière de visiteurs sur 12 mois», plaide-t-elle tout en permettant à un certain nombre d’employés saisonniers d’obtenir du travail à l’année.