De gauche à droite, la Dre Marie-Céline Caumartin, pédiatre sociale, Alain Lemieux, président du conseil d’administration du CPSTR, Sonia Gauthier, directrice générale Caisse Desjardins de l’Est et l’abbé Guy Bossé.

Centre de pédiatrie sociale: une nouvelle cellule ouverte au Cap

Trois-Rivières — Le Centre de pédiatrie sociale ouvre une toute nouvelle cellule qui amorcera ses activités dès mercredi dans trois des locaux situés au presbytère de la paroisse Père-Frédéric, secteur Cap-de-la-Madeleine, soit un bureau administratif, une salle d’attente et une clinique.

Deux médecins de famille travailleront avec la pédiatre sociale Marie-Céline Caumartin et feront de la clinique dans le secteur Cap-de-la-Madeleine à raison d’une journée aux deux semaines. Ils desserviront environ 70 enfants. Une journée clinique permet de recevoir 8 familles. Les besoins sont toutefois beaucoup plus vastes, reconnaissent les intervenants. «En 2005, lorsqu’on a monté le plan stratégique, juste dans le Trois-Rivières centre, on parlait d’un potentiel de 1400 enfants», signale le président du conseil d’administration, Alain Lemieux.

À Trois-Rivières, la pédiatrie sociale reçoit 280 enfants.

Les enfants accueillis au Centre de pédiatrie sociale vivent plusieurs problématiques et ont besoin des services d’une équipe multidisciplinaire. Le service répond donc aux besoins des familles lorsque le réseau de la santé n’est pas adapté pour elles.

L’ouverture de ce nouveau point de service était souhaitée depuis longtemps par les organismes communautaires, les écoles et les familles.

La pédiatrie sociale reçoit des enfants qui ont des besoins médicaux et sociaux. Comme l’explique la Dre Caumartin, «la pédiatrie sociale, c’est un monde totalement différent par rapport à un bureau», dit-elle. «C’est le principe de la table de cuisine où tous les gens qui sont proches des enfants, qui ont quelque chose à apporter vont s’asseoir ensemble, vont déterminer les forces de chacun, comment on peut utiliser ces forces-là et l’on va établir ensemble un plan d’action, que ce soit les parents, grands-parents, voisins, la directrice d’école, le psychologue, le professeur, l’intervenante de garderie. Tout le monde est bienvenu», résume la pédiatre.

La caisse Desjardins de l’est a versé un montant de 150 000 $ pour ce projet.

Guy Bossé, modérateur de la paroisse Père-Frédéric, indique que les marguilliers se sont montrés très intéressés par l’idée de mettre quelques locaux à la disposition de la pédiatrie sociale pour une somme de location très modique. «Nous sommes fiers de participer à ce projet et de redonner à la population», dit-il.