Florent Gaudreault, des Frères des écoles chrétiennes, Mario Lyonnais, Jean-Guy Dubois, Lucie Allard, Catherine Daoust, Marc H. Plante, Judith Tourigny, Carole Bellerose et Donald Martel.

Centre de la biodiversité du Québec: agrandissement de 650 000 $

Bécancour — C’est en présence de plusieurs dignitaires, dont le provincial des Frères des écoles chrétiennes du Canada francophone, que l’agrandissement du Centre de la biodiversité du Québec à Bécancour a été inauguré, mercredi, au terme d’un investissement de plus de 650 000 dollars.

« Nous sommes sur vos terrains », a d’ailleurs lancé la présidente du conseil d’administration, Judith Tourigny, à l’endroit de Florent Gaudreault, évoquant leur verger avec ses quelque 200 pommiers qui font partie aujourd’hui de l’offre du Centre.

Pour l’occasion, le député de Maskinongé, Marc H. Plante, avait emprunté le pont Laviolette pour confirmer, au nom de son gouvernement, un soutien financier de 150 000 dollars.

« Cela permettra au Centre de poursuivre sa mission de sensibilisation et d’éducation à l’existence et à la conservation des espèces biologiques du Québec. Il importe de promouvoir la muséologie scientifique grâce à une offre de qualité dans toutes les régions du Québec », a déclaré l’adjoint parlementaire du premier ministre pour les régions.

Celui-ci s’est montré bon joueur en donnant la parole au député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, qui a plaidé pour une offre touristique « capable de garder les gens à coucher». Il a eu de bons mots pour la ministre Julie Boulet, qui a fait avancer ce genre de dossiers, tout en prévenant amicalement Marc H. Plante qu’il s’agissait de ses derniers compliments envers les libéraux d’ici au 1er octobre.

Réalisés dans les derniers mois de 2017, les travaux exécutés par la firme G. Therrien permettent au Centre d’avoir une superficie additionnelle de 3735 pieds carrés. Grâce à cette réalisation, le Centre est en mesure d’accueillir des expositions thématiques et d’offrir un espace polyvalent à sa clientèle.

« Ce nouvel espace permettra la réalisation d’ateliers éducatifs, un espace lunch pour les jeunes en saison froide, une salle de projection ou de conférence et finalement, la possibilité de location de cette salle. Une diversification de son produit et la possibilité de nouvelles sources de revenus correspondent parfaitement à notre plan stratégique», a expliqué Mme Tourigny, qui a pour ambition de faire du Centre le produit d’appel touristique du Centre-du-Québec.

« Un de nos souhaits, c’est de susciter l’adhésion de la communauté, faire rayonner notre ville et notre région et faire de Bécancour une destination incontournable », renchérit-elle.

Or, si le nouveau pavillon porte le nom du Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables, ce n’est pas un hasard, cet organisme ayant contribué au projet à la hauteur de 221 383 dollars.

« C’est avec grand honneur que le Fonds voit son nom être associé à ce nouveau pavillon qui permettra au Centre de la Biodiversité de continuer à remplir avec brio sa mission », a souligné la représentante du Fonds, Catherine Daoust, tout en rappelant comment le boisé fut préservé à la suite de la vente du Mont-Bénilde en 2014.

Patrimoine Canadien, via le Fonds du Canada pour les espaces culturels, le CLD de la MRC de Bécancour, via son Fonds d’économie sociale et la MRC de Bécancour, via son Fonds de développement du territoire, ont aussi participé financièrement au projet. «L’ajout était essentiel pour augmenter la capacité d’accueil», a fait remarquer la présidente du CLD, Lucie Allard.

Selon la directrice générale du Centre, Carole Bellerose, ce n’est que le début d’une belle aventure. « D’autres projets sont à venir. On se rappelle qu’une campagne de financement a été lancée auprès de la communauté économique et commerciale de Bécancour au cours de la deuxième moitié de 2017. Il faudra surveiller les annonces d’ici la fin de l’année 2018 pour être témoin de l’évolution et du développement du produit », a-t-elle fait savoir.

Finalement, le maire Jean-Guy Dubois y voit un autre exemple que Bécancour arrive «en haut de cycle au niveau récréotouristique».