Le maire de La Bostonnais Pierre-David Tremblay réclame la téléphonie cellulaire sur la route 155 pour la sécurité des usagers.

Cellulaire sur la 155: un nouvel incident s'ajoute

La route 155 a encore été le théâtre d'un incident dans la nuit de mardi à mercredi. Un nouvel épisode qui ramène, une fois de plus, le débat de la couverture cellulaire sur cette route qui traverse les régions de la Mauricie et du Lac-Saint-Jean. Le conducteur d'un camion lourd, dont le chargement était en feu, a dû détacher lui-même sa remorque et parcourir plusieurs kilomètres pour contacter le 911.
La remorque remplie de copeaux de bois a pris feu sur la route 155 Nord. Le conducteur a détaché la remorque en feu pour aller contacter les secours à Lac-Bouchette.
Le camion-remorque rempli de copeaux de bois a pris feu au beau milieu de la nuit au kilomètre 186 de la route 155 Nord, où il n'y a aucune couverture cellulaire.
«Le conducteur s'est rendu au Lac-Bouchette pour demander l'assistance des services d'urgence [...] Il a enlevé la remorque et il a pris le camion pour aller faire l'appel avant de revenir sur les lieux. Quand on est arrivé sur les lieux, il était revenu», a indiqué André Vézina, chef de division aux opérations incendie du Service incendie de la ville de La Tuque.
Heureusement, personne n'a été blessé. L'incendie a été maîtrisé rapidement par les pompiers latuquois, mais il aurait pu avoir des conséquences bien plus graves selon le maire de La Bostonnais, Pierre-David Tremblay. Pour lui, il s'agit là d'un autre exemple de l'absurdité de ne pas avoir de réseau cellulaire sur ce tronçon important et achalandé.
«C'est exactement ce que je disais au premier ministre Justin Trudeau lors de notre rencontre la semaine passée. Je lui ai dit qu'un banal accident pouvait se transformer en tragédie. [...] Pour avoir droit aux secours, il faut que tu te déplaces. Imaginez s'il avait été blessé... Il est pris là tant et aussi longtemps qu'il ne passe pas quelqu'un», a commenté le maire de La Bostonnais.
«C'est un exemple de plus. C'est ce que je dis partout. Une simple crevaison peut devenir un drame. Tu frappes un animal, tu es mal pris. Ce sont des accidents banals qui peuvent avoir de grandes conséquences. C'est impensable d'accepter ça aujourd'hui. C'est de ça qu'on n'est plus capable», a ajouté Pierre-David Tremblay.
Ce dernier assure qu'il va continuer d'aller au front pour ce dossier-là, pas question de baisser les bras. D'ailleurs, il aimerait avoir un appui de la communauté d'affaires de la Haute-Mauricie, comme la mobilisation qui a lieu actuellement au Lac-Saint-Jean.
Il fait référence notamment au mouvement «Le cellulaire partout pour tous» qui a été lancé par l'homme d'affaires Dany Morin. Ce dernier est d'ailleurs derrière plusieurs manifestation et rencontres politiques visant le dossier de la téléphonie cellulaire.
«Je me sens comme le seul porte-parole. J'aimerais ça que le maire de Lac-Édouard embarque, que le maire de La Tuque embarque, que la communauté d'affaires embarque. C'est comme ça qu'on va y arriver», a-t-il commenté.
Une importante rencontre
Ce nouvel incident vient s'ajouter aux nombreux exemples frappants qui donnent des munitions aux élus à la veille d'une importante rencontre dans le dossier de la téléphonie cellulaire sur la route 155. Jeudi matin, Solutions Ambra rencontrera à nouveau les élus de la Haute-Mauricie. Il s'agira de la première rencontre après que la firme ait été renvoyée «faire ses devoirs». Il sera notamment question du montage financier.
«On espère que ç'a évolué», a lancé le maire de La Bostonnais qui se dit toutefois optimiste par rapport à la rencontre.
Le 15 mars, lors d'une première rencontre, il était question du déploiement de cinq tours dans le projet, selon les informations du Nouvelliste, pour des services aux municipalités et la couverture sur la route 155.
«Le 23 mai, ils étaient rendus à sept tours et les frais avaient doublé. [...] On a demandé qu'ils refassent leurs devoirs parce que ce n'était pas compétitif, et c'était trop dispendieux. Le scénario du 15 mars était davantage raisonnable. On s'attend jeudi qu'ils aient fait des améliorations en termes de rentabilité, de coût, de déploiement. On aimerait ça aussi avoir un échéancier», a-t-il lancé.
Rappelons que le maire de La Bostonnais a rencontré le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, lors de son passage au Lac-Saint-Jean la semaine dernière. Il a fait valoir l'importance du dossier de la téléphonie cellulaire sur l'ensemble de la route 155.
Il avait insisté sur la sécurité de tous les usagers, mais aussi sur le développement économique de sa petite municipalité. Pierre-David Tremblay avait alors mentionné que le premier ministre Trudeau a fait preuve d'une grande ouverture vis-à-vis la problématique.