La barrière située près du lieu où les ossements de Cédrika Provencher ont été retrouvés a été saccagée.

Cédrika: un symbole de recueillement vandalisé

La barrière située près de l'endroit où ont été retrouvés les ossements de Cédrika Provencher a été saccagée, elle qui était devenue un lieu de commémoration en mémoire de la fillette.
Mercredi matin, des patrouilleurs du ministère des Transports ont alerté la Police de Trois-Rivières après avoir constaté l'état de la barrière.
Les portes complètement arrachées, la clôture a vraisemblablement fait l'objet d'un important impact pour qu'elle se retrouve dans cet état.
Contacté à cet effet, le porte-parole du corps policier trifluvien, Luc Mongrain, a indiqué qu'un patrouilleur avait été dépêché sur les lieux et qu'un rapport devait être remis en soirée mercredi.
Les forces de l'ordre évalueront ensuite si une enquête est nécessaire afin d'éclaircir les circonstances qui entourent l'événement.
Située à Trois-Rivières tout près de la frontière qui la sépare de Saint-Maurice, la barrière y a été installée il y a une dizaine d'années puisque le terrain, propriété du ministère des Transports, était utilisé comme dépotoir clandestin par des citoyens. Le chemin qui la traverse mène vers des installations de Gaz Métro.