Julie Boulet lors de son passage devant la commission Charbonneau.

«Ce serait bien d'avoir deux ministres» - Jean-Denis Girard

«Ce serait bien d'avoir deux ministres dans la Mauricie. Mais ce n'est pas moi qui décide!»
<p>Jean-Denis Girard</p>
<p>Marc H. Plante</p>
Jean-Denis Girard n'est pas surpris de voir de nombreux maires de la Mauricie saluer le travail effectué au fil des ans par Julie Boulet et souhaiter son retour au Conseil des ministres du gouvernement Couillard.
Au lendemain du dévoilement du rapport de la commission Charbonneau, rapport qui n'émet aucun blâme direct à l'égard de l'ex-ministre des Transports, l'actuel ministre des PME et député de Trois-Rivières croit que la fin de cette histoire va enlever un certain poids des épaules de sa collègue de Laviolette.
«Elle peut passer à autre chose. Et on est bien content. Mme Boulet a travaillé énormément pour ses gens, elle a une grande expérience politique. C'est un atout pour la région. Mais c'est la prérogative du premier ministre (de la ramener au Conseil des ministres). Ça lui revient en fonction de ses besoins et de ses objectifs», raconte M. Girard.
Son collègue de Maskinongé, Marc H. Plante, souligne combien Julie Boulet est appréciée des élus municipaux et autres intervenants.
«Julie a toujours travaillé de façon intègre. Elle est une collègue qui travaille fort pour le bien des gens de sa circonscription et de la région. Je ne suis aucunement surpris de la sortie des maires. Julie, on l'aime et la population l'aime. Elle est une collègue exemplaire.»
Le député de Maskinongé et président du caucus régional du PLQ ne va pas aussi loin que son voisin de comté quant à l'éventuelle présence de deux ministres en Mauricie, une région de quatre circonscriptions représentées par autant d'élus libéraux.
«C'est la prérogative du premier ministre», se limite à dire M. Plante.
Heureuse et soulagée
En marge d'une réunion du caucus libéral mercredi, Julie Boulet a déclaré être satisfaite à la suite de la lecture du rapport de la Commission Charbonneau. «J'ai toujours dit que j'ai toujours agi avec honnêteté, intégrité et rigueur, dans l'intérêt des gens de mon comté et de ma région. Je suis heureuse et soulagée que l'on confirme ça», a raconté la députée de Laviolette.
La commission Charbonneau qualifie pourtant de «peu crédible» une partie de son témoignage et soutient que l'ex-ministre des Transports a octroyé des contrats tarifés «à certaines entreprises précises alors que ces dernières participaient à des cocktails de financement».
Avec la collaboration de La Presse