Johanne Hinse, présidente du conseil d’administration de la CCI3R.
Johanne Hinse, présidente du conseil d’administration de la CCI3R.

CCI3R: «Il faut réinventer le modèle»

TROIS-RIVIÈRES — Même si les finances ont tenu le coup en dépit de la pandémie qui est venue compromettre une multitude d’activités, la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières (CCI3R) réfléchit déjà à l’après-COVID-19.

«Ce à quoi il faut s’attaquer au cours des prochains mois, c’est de réinventer le modèle. Qu’est-ce qui arrive si on n’est pas capable de faire des événements d’ici un an?», soulève la présidente du conseil d’administration, Johanne Hinse.

«Nos axes, notre mission, notre vision ne vont pas tant bouger, mais la façon d’y arriver va vraiment bouger. Ça, c’est clair», renchérit celle qui termine son mandat, avec la tenue prochaine de l’assemblée générale annuelle.

Elle se dit néanmoins fière que la CCI3R ait pu conserver l’ensemble de son personnel en dépit de la situation. «Il y a beaucoup de chambres qui ont souffert beaucoup plus que nous. On a réussi à rester actif, on avait des grands enjeux et on a passé au travers», se plaît-elle à souligner.

À son avis, les derniers mois ont permis de démontrer la force d’un réseau, ainsi que le rôle et l’importance d’une chambre de commerce qui est en santé et près à la fois de ses membres et des enjeux de l’actualité.

«On a prêté main-forte à beaucoup de membres pendant la crise, qui nous ont appelés pour avoir des conseils, des contacts, des façons de consulter de la documentation. On voit qu’on peut faire la différence, tant au niveau des entreprises membres et non membres, car pendant la crise, on est sorti un peu de notre cadre de membres pour souvent aller hors membres », précise Mme Hinse.

Par ailleurs, la Chambre n’a pas manqué de prendre soin de ses partenaires alors que plusieurs activités ont été annulées, dont trois déjeuners d’affaires, des rendez-vous d’affaires publiques avec des ministres, et des événements tels que la Dégustation de Vins du Monde, le tournoi de golf et le tour cycliste. «C’est venu concrétiser tout le pouvoir d’influence qu’on a et la différence qu’on peut faire dans le milieu. Et on sort grandi de ça. On est capable de voir ce qu’on peut accomplir, ça nous a fait réaliser une chose, il nous faut un filet de sécurité tout le temps, il va falloir qu’on ait un plan de gestion de crise pour être capable de survivre quelques mois», poursuit la présidente.

Toutefois, dit-elle, «on s’en sort vraiment au-delà de nos espérances». «On a été capable de faire notre gala Radisson. On a pu être éligible à la subvention salariale. Ça nous a permis d’être très sérieux et d’assurer la pérennité pour tout l’été», a-t-elle ajouté.

Sa directrice générale, Andréanne Guilbert, est d’ailleurs satisfaite de l’exercice financier au 30 avril. «Les conséquences de tout ça vont être plus tard. Il n’y a pas d’activités ou d’événements prévus à moyen terme. Les cotisations des membres vont commencer à rentrer et la subvention salariale va prendre fin», fait-elle remarquer.

À son avis, la crise aura permis de faire réaliser plus que jamais aux membres l’utilité de la Chambre. «On se bat souvent pour expliquer aux gens qu’on ne fait pas que des 5 à 7 et des événements. Oui, on est bon là-dedans et les gens aiment qu’on en fasse, mais on essaie souvent de leur expliquer tout ce qu’on fait comme pouvoir d’influence et rôle de porte-parole de la communauté d’affaires auprès des divers intervenants. Mais vu qu’on ne fait plus d’événements, on dirait que les gens sont en train de saisir tout ce que la Chambre de commerce peut apporter à leur entreprise et à quel point on peut les accompagner et les aider dans toutes sortes d’enjeux», soutient Mme Guilbert.

Ce qui ne l’empêche pas d’affirmer que le réseautage constitue l’âme d’une chambre de commerce et que les gens ont hâte de pouvoir se retrouver. «L’importance du rôle des chambres de commerce dans la relance économique de Trois-Rivières et de tout le Québec est vraiment considérable», conclut le duo qui confirme le maintien du bureau trifluvien.