La cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Nicolet recevra 339 000 $ du gouvernement provincial pour des travaux de restauration sur son toit.
La cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Nicolet recevra 339 000 $ du gouvernement provincial pour des travaux de restauration sur son toit.

Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Nicolet: 339 000 $ pour des travaux sur le toit

Laurence Chartrand
Le Nouvelliste
Nicolet — Malgré la chute de pierres de recouvrement à la surface du clocher nécessitant la mise en place d’un périmètre de sécurité il y a deux semaines, la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Nicolet recevra une somme de 339 000 $ du gouvernement provincial non pas pour cette problématique, mais bien pour des travaux de restauration du toit.

Cette somme sera octroyée dans le cadre du Programme visant la protection, la transmission et la mise en valeur du patrimoine culturel à caractère religieux. L’église Saint-François-de-Sales d’Odanak et l’église de Saint-François-du-Lac recevront respectivement 35 000 $ et 36 800 $, pour un total de 410 000 $ en aide financière pour des établissements patrimoniaux de la région.

La somme accordée à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste servira à couvrir une partie des travaux majeurs à effectuer sur le toit, qui nécessitent un montant de 3,5 millions de dollars. Le gouvernement avait d’ailleurs annoncé une pareille somme l’an dernier pour ces travaux. «Le financement va venir en six parties, donc on a deux parties de confirmées», affirme Francine Masse, économe diocésaine. Les travaux pourraient débuter dès le printemps 2020.

Au début du mois, on apprenait que la surface du clocher de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Nicolet allait nécessiter des travaux à la suite de la chute de pierres de recouvrement.

Il faut savoir que l’aide accordée pour la conservation du patrimoine religieux finance des projets qui ont été sélectionnés par le gouvernement, alors que l’incident des pierres de recouvrement a pris l’organisation par surprise. Cela explique que la somme octroyée soit utilisée pour les travaux de restauration du toit, et non pour la surface du clocher. «C’était vraiment imprévu que les briques tombent», indique Mme Masse.

Le diocèse de Nicolet pourrait demander de l’aide du gouvernement si des travaux majeurs doivent être réalisés sur la surface du clocher. «Ça dépend des coûts. Il y a une grosse différence si c’est toute la cheminée [qui doit être refaite] ou si c’est juste une partie», explique l’économe diocésaine.

L’ampleur des travaux à effectuer sur le clocher n’est pas encore connue du diocèse de Nicolet. Des experts travaillent présentement à savoir quelles sont les parties du clocher qui sont désuètes et qui nécessitent des travaux. «J’espère que ça va arrêter là», commente Mme Masse en riant.