Les hommes ont été plus nombreux que les femmes à avoir pris le volant après avoir consommé du cannabis.

Cannabis: des Canadiens plus au fait des risques, mais prenant encore le volant

Les Canadiens sont peut-être plus nombreux à croire que le cannabis affecte la conduite automobile, mais plusieurs prennent encore le volant moins de deux heures après avoir fumé, selon de récentes données de Santé Canada.

Le ministère fédéral vient de dévoiler lundi sa plus récente mouture de l'Enquête canadienne sur le cannabis de 2018, qui offre un portrait plus précis sur l'usage de cette substance que ses autres collectes de données, comme celles portant sur le tabac, l'alcool et les drogues. Ses plus récents chiffres ont été recueillis auprès de 13 000 Canadiens entre le 15 mai et le 9 juillet, soit avant la légalisation du cannabis, qui date du 17 octobre dernier.

Mais s'il est légal pour les plus de 18 ans de consommer du cannabis - ou de 19 ans, selon leur province de résidence - il demeure interdit de prendre le volant en étant sous son influence.

Parmi les répondants de l'enquête qui avaient consommé du cannabis au cours des 12 derniers mois, 39 % ont indiqué qu'ils avaient déjà été au volant d'un véhicule dans les deux heures après en avoir consommé, et, de cette proportion, 43 % l'avaient fait dans les 30 derniers jours.

Ces pourcentages sont inchangés depuis 2017, note Santé Canada.

Par ailleurs, les hommes ont été plus nombreux que les femmes à avoir pris le volant après avoir consommé du cannabis.

Dans l'enquête, il a aussi été demandé aux répondants ayant indiqué avoir déjà conduit un véhicule dans les deux heures après avoir consommé du cannabis s'ils l'avaient fait en association avec de l'alcool. De ces répondants, 25 % ont dit oui, une hausse par rapport à 15 % en 2017.

Chez ceux qui ont consommé du cannabis au cours de la dernière année, ils sont 61 % à croire que cela affecte leur conduite. Il s'agit d'une augmentation de 50 % par rapport à 2017.

Et si l'on regarde la totalité de l'échantillon - incluant les consommateurs de cannabis et ceux qui n'y touchent pas - plus des trois quarts des répondants, soit 81 %, sont d'avis que la consommation de cannabis affecte la conduite; il s'agit d'une augmentation par rapport à 75 % en 2017.

Il a aussi été demandé aux répondants de donner leur opinion sur la période de temps qui doit s'écouler avant que cela soit sécuritaire de conduire. La majorité des répondants n'ont pas précisé de durée et 21 % d'entre eux ont répondu qu'ils ne savaient pas.

D'ailleurs, la période de deux heures utilisée pour les questions de l'enquête ne semble pas faire unanimité. Sur une page dédiée à la conduite avec les facultés affaiblies par le cannabis sur un site du gouvernement du Canada, il est indiqué : «Il n'existe pas de norme relative au temps d'attente avant de conduire après avoir consommé du cannabis. Si vous consommez du cannabis, ne conduisez pas».

L'Enquête canadienne sur le cannabis a été menée pour la première fois en 2017.