La décision de Julie Boulet de ne pas briguer la mairie de Trois-Rivières n’influence pas la réflexion des autres possibles candidats à la succession d’Yves Lévesque.

Candidats à la mairie de Trois-Rivières: les réflexions se poursuivent

TROIS-RIVIÈRES — La décision de Julie Boulet de ne pas briguer la mairie de Trois-Rivières ne bouscule pas les réflexions entamées par les nombreux candidats qui seront potentiellement en lice. Ceux-ci ont tous affirmé au Nouvelliste qu’ils n’avaient pas encore pris de décision.

Le député fédéral de Trois-Rivières, Robert Aubin, soutient qu’il poursuit sa réflexion et qu’aucune décision n’a encore été prise. Il mentionne également que la décision de l’ancienne ministre libérale n’influencera pas la réflexion.

«Les seules questions que j’ai à répondre c’est: est-ce que moi je veux faire la course? Et est-ce que je pense avoir la meilleure offre à mettre sur la table?», explique Robert Aubin. «Je ne choisirais jamais en fonction de qui fait la course ou qui ne la fait pas. Ça ne change absolument rien.»

De son côté, Valérie Renaud-Martin n’a, elle aussi, pas encore terminé sa réflexion personnelle. «L’annonce de Mme Boulet ne change rien à ma réflexion. Celle-ci ne se fait pas en étant basée sur les autres candidats», précise la conseillère municipale du district des Carrefours. «C’est vraiment au niveau personnel et professionnel que ça se fait. La réflexion me permet aussi de réfléchir sur mon avenir en politique. [...]La journée où je vais annoncer que j’y vais ou que je n’y vais pas, je veux que ce soit bien posé et analysé.»

Bien qu’il avoue être surpris de la décision de Julie Boulet, le conseiller du district de Pointe-du-Lac, François Bélisle, précise que cela n’influence pas sa réflexion. «Ça n’influence pas mon processus décisionnel. J’en faisais abstraction, de toute façon. Ce n’est pas sur ça que je base ma réflexion», soutient François Bélisle. «Je dois m’assurer de répondre à ces questions: est-ce que je pense être la meilleure personne pour devenir le prochain maire et est-ce que j’ai la capacité familiale de pouvoir œuvrer correctement? Je dois finaliser ma réflexion.»

L’ancien député provincial de Trois-Rivières et ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l’Allègement réglementaire et au Développement économique régional, Jean-Denis Girard, se donne encore quelques semaines pour poursuivre sa décision. Sur le point de subir une chirurgie mineure, M. Girard devra être en congé pour les prochaines semaines.

«Je vais avoir toute la convalescence pour penser à ça», précise-t-il. «Ma décision devrait être prise quelque part en février.»

Le président du FestiVoix et porte-parole au ministère des Transports du Québec, Jean Lamarche, continue lui aussi sa réflexion. Le choix de Julie Boulet de passer son tour n’y change rien, soutient-il. «Je ne fais pas ma réflexion en fonction des autres candidats. La réflexion se poursuit et elle est très active», mentionne-t-il.

L’ancien conseiller municipal du district de Laviolette, Guy Daigle, envisage de faire un retour à l’hôtel de ville et de succéder à Yves Lévesque. Il soutient être très actif actuellement pour terminer sa réflexion et trouver des appuis. L’ancien conseiller se donne jusqu’à la première semaine de février pour arrêter sa décision. «Je suis en train de trouver une équipe et il n’y a personne dans ces gens-là qui ont fait de la politique. Je veux partir avec du monde neuf, avec de belles personnalités pour démontrer au conseil de Ville que je n’ai pas de parti pris et qu’on peut travailler tout le monde ensemble», indique Guy Daigle.

En terminant, Patrick Charlebois a annoncé dimanche sur les réseaux sociaux qu’il n’avait pas l’intention de briguer la mairie de Trois-Rivières. Celui dont le nom revient régulièrement dans la liste des possibles candidats à la mairie de Trois-Rivières souhaite demeurer «un citoyen engagé et fier de sa ville».