Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Voici la première vignette qui sera publiée.
Voici la première vignette qui sera publiée.

Campagne de sensibilisation sur les droits des femmes au travail

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
La Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie a lancé, vendredi, une campagne de sensibilisation portant sur les droits au travail qui s’insère dans un projet intitulé L’accès des femmes à l’emploi en Mauricie: une priorité!

Cette campagne, diffusée tout le long de l’été, par l’entremise de vignettes publiées dans les hebdos Ici Médias, s’appuie sur le faible taux d’emploi des Mauriciennes sans diplôme (32,7% en 2011) la moindre scolarisation de ces dernières (25,4% sans diplôme en 2011) et le taux d’emploi des Mauriciennes qui demeure sous la moyenne provinciale, soit 52% par rapport à 57% en 2016%.

La Table révèle également que le taux des travailleuses à temps partiel est de 29,4% dans la région par rapport à 13,9% du côté des hommes et comparativement au taux de travailleuses à temps partiel au Québec qui était de 25,5% en 2016.

Les métiers à prédominance féminine sont plus fréquents en Maurice qu’ailleurs au Québec, ajoute la TCMFM, tandis que le revenu médian des Mauriciennes est un des plus faibles dans la province.

La campagne de sensibilisation lancée par la Table et ses nombreux partenaires «s’adresse aux employeurs et porte sur les conditions minimales de travail qui sont inscrites dans la Loi sur les normes du travail», précise la directrice de l’organisme, Joanne Blais.

Anouk Gagné, vice-présidente à l’équité salariale à la CNESST, indique que l’organisme qu’elle représente appuie ce projet de sensibilisation, car il est «en parfaite adéquation avec notre mission et nos valeurs», dit-elle.

«Dans les dernières années, nous avons élaboré une planification stratégique pour les années 2020-2023 et un de nos objectifs est de faire connaître davantage les normes du travail. On croit que ce projet, L’accès des femmes à l’emploi en Mauricie: une priorité!, est tout à fait approprié et dans cette lignée», dit-elle.

«Un des mandats qu’on a à la CNESST est d’assurer l’implantation et le maintien de l’équité salariale dans les entreprises du Québec», ajoute Mme Gagné.

Depuis plusieurs années, la CNESST pose diverses actions visant de joindre les travailleuses immigrantes et celles qui sont non syndiquées. «On s’est d’ailleurs doté d’une stratégie», dit-elle, qui vise d’abord à «agir auprès des employeurs dans les milieux non syndiqués afin de s’assurer qu’ils réalisent leurs travaux d’équité salariale», signale-t-elle. La CNESST veut également agir auprès des travailleuses non syndiquées afin d’améliorer leurs connaissances de la loi et leur capacité à exercer leurs droits et recours.

De très nombreux partenaires se joignent à cette initiative de la Table, dont le Pôle d’économie sociale de la Mauricie, le CANOS, le Conseil régional des partenaires du marché du travail, le SANA, Femmes et Égalité des genres Canada et le Centre d’amitié autochtone de La Tuque, pour ne citer que quelques exemples.