Marie-Claude Camirand.

Camirand prend son premier engagement

TROIS-RIVIÈRES — Si elle est élue dans le comté de Trois-Rivières, la candidate du Parti québécois, Marie-Claude Camirand, entend être proche de la population et lutter contre le cynisme des électeurs envers la politique et les politiciens.

L’ex-conseillère de la Ville de Trois-Rivières, qui a déposé officiellement son bulletin de candidature, mercredi, faisait ainsi part de son tout premier engagement électoral, qui n’implique qu’elle et non son parti, précise-t-elle.

«Après 8 ans comme conseillère municipale, j’ai été à même de constater que la population trouve important d’avoir une proximité avec ses élus. Elle veut leur faire comprendre ses réalités, ses enjeux», dit-elle. La population, ajoute Mme Camirand, aime bien que les politiciens se rendent sur place pour constater en personne les problématiques vécues sur le terrain.

«Je ne crois pas qu’un élu doive rester derrière son bureau. Je ne crois pas non plus que c’est uniquement dans des cocktails ou des événements VIP que la députée peut comprendre les problématiques qui touchent les gens», fait valoir la candidate.

Mme Camirand s’engage donc à tenir une rencontre citoyenne une fois par mois, mais pas sous forme de réunion dans une salle louée. «C’est moi qui vais aller vers les gens, directement dans leur milieu de vie», dit-elle, soit en allant dîner dans une résidence pour personnes âgées ou à la cafétéria du Cégep pour s’attabler avec les étudiants.

«Je vais aller à la tablée des Artisans de la paix pour voir les personnes en situation de pauvreté et d’exclusion sociale pour comprendre leurs réalités», illustre-t-elle. La candidate a aussi l’intention de se rendre à des activités de la Chambre de commerce pour discuter du thème des affaires, «et pourquoi pas dans la salle des repas chez Kruger?», ajoute-t-elle.

La candidate avait d’ailleurs choisi, jeudi, de tenir sa première conférence de presse chez COMSEP où logent de nombreux organismes communautaires.

Marie-Claude Camirand a indiqué que même si ce premier engagement vient d’elle, «c’est dans l’ADN du Parti québécois de consulter la population», dit-elle. La consultation populaire fait partie du programme du PQ, rappelle-t-elle.

La candidate se décrit comme une personne «qui aime parler avec les gens» et comme «une fille d’équipe».

«Je déplore un peu que certains partis politiques considèrent que les gens sont de simples contribuables qui consomment des services publics. Je suis convaincue que je peux incarner une alternative à cette vision qui est néfaste pour la démocratie», dit-elle.

«Je veux porter la parole des gens à l’Assemblée nationale et non seulement être la porte-parole de l’Assemblée nationale auprès de gens», conclut-elle.