Olivier Myre, Roxanne Monfette et leurs fils Henri. Derrière eux, le bâtiment problématique.

Café Aux Cinq Soeurs: aucune aide ne sera fournie par les Chevaliers de Colomb

Sainte-Thècle — Les propriétaires du café Aux Cinq Soeurs de Sainte-Thècle, Olivier Myre et Roxanne Monfette, ont «le moral dans les talons». C’est ce qu’ils écrivaient sur leur page Facebook, vendredi matin, en apprenant que les Chevaliers de Colomb ne leur apporteront finalement aucune aide.

Rappelons que ces jeunes entrepreneurs avaient acheté, en 2018, une bâtisse appartenant aux Chevaliers de Colomb pour y ouvrir un nouveau commerce. Peu après, ils ont découvert des problèmes de structure dans l’édifice au point où l’un des murs risque maintenant de s’effondrer, ce qui les force à le mettre en vente.

Selon ce qu’ils ont déclaré lors de reportages précédents, un vice caché affecterait la toiture qui ne serait pas en mesure de soutenir le poids de la neige.

Dans un communiqué de presse envoyé vendredi après-midi, les Chevaliers de Colomb ne parlent pas de vice caché, mais rappellent que le dur hiver de l’an dernier a éprouvé plus d’une bâtisse au Québec.

Jeudi soir, les Chevaliers de Colomb se sont réunis pour discuter de cinq propositions afin de dénouer ce dossier. Il en est finalement ressorti qu’aucune aide ne sera versée.

Le Grand Chevalier du Conseil de Sainte-Thècle, Michel Rheault, raconte que pas moins de 55 personnes étaient présentes à l’assemblée générale du Conseil, le 17 octobre. Ce fut la plus grosse assemblée, dit-il, depuis qu’il est Grand Chevalier. «S’il n’y en avait eu que 10, j’aurais été déçu», dit-il.

M. Rheault indique que cinq propositions «très divergentes» ont été discutées avec les membres. Il a donc fallu passer au vote secret pour prendre une décision, dit-il. C’est la règle, en effet, lorsqu’il est question de montants supérieurs à 500 $.

Le Grand Chevalier avoue que pour une petite communauté, ce fut un choix «déchirant» à faire. Toutefois, le communiqué rappelle que «le mandat premier des Chevaliers de Colomb est de venir en aide à des organismes sans but lucratif.» Les entreprises n’en font donc pas partie.

Pas de poursuite

Le couple a indiqué au Nouvelliste qu’il n’a pas l’intention de poursuivre les Chevaliers de Colomb, car «ils sont représentés par l’avocat au niveau national des Chevaliers de Colomb et le fardeau de la preuve serait très long et trop coûteux pour nos moyens actuels dans une telle situation».

Les propriétaires du café Aux Cinq Soeurs ont refusé de parler directement au Nouvelliste, vendredi, mais ont néanmoins répondu par écrit à quelques-unes de nos questions via Messenger: «Pour votre question sur le vice caché, il ne faisait pas partie du mandat de notre ingénieur de déterminer s’il y avait vice caché ou non. Donc il est normal que nous n’ayons pas de réponse à ce sujet. Dans son rapport d’ingénieur, il déclare que des dommages au bâtiment dataient de bien des années avant. Alors nous ne disons pas vice caché, mais vous pouvez tirer vos propres conclusions», écrivent-ils.

Rappelons que le bâtiment avait été acheté sans garantie légale.

M. Rheault s’est dit désolé de la situation, car normalement, le mandat des Chevaliers de Colomb est d’aider les gens, rappelle-t-il. Le vote des membres en a toutefois décidé autrement, dit-il.

Parmi les propositions, deux personnes avaient suggéré que le Conseil fasse un don de 25 000 $ aux propriétaires actuels afin qu’ils puissent faire démolir l’édifice, tout en demeurant propriétaires et en se rétractant sur les allégations de vente d’une bâtisse avec vice caché, «ce qui nuit à la réputation des Chevaliers de Colomb de Sainte-Thècle», signale le communiqué.