La candidate conservatrice dans Berthier-Maskinongé, Josée Bélanger, et le député conservateur de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus.

«Ça prend quelqu’un au gouvernement»

TROIS-RIVIÈRES — En attendant de voir si Yves Lévesque ou Marc-André Bergeron fera le saut dans Trois-Rivières, le député conservateur Pierre Paul-Hus est venu appuyer la seule candidate officielle dans la région pour le parti, Josée Bélanger, dans Berthier-Maskinongé. Et le duo tient un discours selon lequel «ça prend quelqu’un au gouvernement».

«Il y en a qui disent que ça, c’est de la vieille politique, mais au contraire, lorsqu’on a des gens vraiment en place dans une équipe qui est au pouvoir, c’est là qu’on peut faire changer vraiment les choses. Les gens vont comprendre que le prochain gouvernement sera conservateur», a indiqué lundi le député de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, au terme d’un dîner au centre-ville trifluvien.

«Quand on est près de la prise de décision, c’est plus facile pour faire avancer des dossiers. C’est une réalité. Si on veut être près des décisions, il faut être près du gouvernement tout simplement», a renchéri Mme Bélanger.

Même si elle doit affronter Ruth Ellen Brosseau, cette enseignante au Collège Laflèche entend faire sa campagne. «Je fais du travail de fond, j’ai une équipe qui grandit autour de moi et j’ai commencé le terrain, le porte-à-porte», explique celle qui, au fil des rencontres avec tantôt des conseils municipaux, tantôt des chambres de commerce, dit s’approprier les nombreux dossiers.

«Les deux députés du NPD qui sont ici, ce sont de très bonnes personnes que je connais et que je côtoie à Ottawa régulièrement mais qui sont issues d’une vague. Les gens ont aimé Jack Layton, mais cette époque-là est terminée. Maintenant, c’est de voir si l’option d’aller vers Josée, vers le parti conservateur, c’est la meilleure pour la région. C’est l’une des raisons pour laquelle je suis ici, faire comprendre c’est quoi le message conservateur», a ajouté son «parrain».

Selon lui, les gens sont «très désillusionnés» du gouvernement Trudeau. «Aujourd’hui, on voit que c’est une catastrophe au niveau financier, c’est ce qui nous fait le plus mal comme conservateur de voir que l’argent des citoyens est complètement dilapidé, 80 milliards de déficit qui s’est rajouté pour rien», déplore celui qui souligne l’approche pragmatique de sa formation politique pour «faire attention à l’argent».

Par ailleurs, les autres candidatures conservatrices dans la région vont se régler «dans les prochaines semaines». «Ce n’est pas réglé parce qu’on a beaucoup d’intérêt, il y a énormément de gens qui veulent se présenter pour notre parti au Québec», affirme-t-il.

Dans Berthier-Maskinongé, l’association conservatrice a maintenant un nouveau conseil d’administration, à la suite de l’assemblée générale annuelle qui a eu lieu samedi dernier à Louiseville.

Ainsi, Léo Soulières a été élu président et Martin Poisson, à la vice-présidence. Élizabeth Leclerc a obtenu le poste de deuxième vice-présidente. Claude Desgagné sera trésorier tandis que Caroline Houde et André Laporte ont été nommés directeurs. David Chrétien a été désigné secrétaire de l’association.