La CAQ mènera une chaude lutte en Mauricie, car il s’agit d’une région déterminante pour eux.

«Ça prend la Mauricie»

Trois-Rivières — Selon François Legault, le chef de la Coalition avenir Québec, la Mauricie est une région importante pour savoir qui formera le prochain gouvernement provincial.

C’est pourquoi, moins de 24 heures après la confirmation de la date officielle du déclenchement des élections, le chef de la CAQ a fait sa rencontre de préparation électorale à l’auberge des Gouverneurs de Shawinigan dimanche.

«Actuellement, il y a quatre comtés électoraux qui appartiennent au Parti libéral du Québec en Mauricie et selon les sondages, ces comtés deviendraient caquistes. Sans les tenir pour acquis, Maskinongé, Trois-Rivières et Champlain sont des comtés qui devraient être caquistes», avance M. Legault.

Pour ce qui est de la circonscription de Laviolette-Saint-Maurice, château fort des libéraux pendant plus de dix-sept ans sous le régime de la ministre Julie Boulet, la lutte sera plus difficile selon M. Legault. «C’est le comté qui va être le plus serré. Je pense que nous allons le gagner et si nous le gagnons, nous allons être au gouvernement. Ce qui se passe dans cette circonscription va être déterminant, on appelle ça un comté baromètre», affirme M. Legault.

Une porte ouverte
«Lorsque Julie (Boulet) a décidé de se retirer, pour moi, c’était toute une opportunité», s’exclame le chef de la CAQ. «Elle était très appréciée, les gens votaient pour Julie», poursuit-il.

Il ajoute que maintenant, tout est possible. «Dans ce comté, nous avons Marie-Louise Tardif qui est très connue. C’est une excellente candidate. Bien honnêtement, c’est une circonscription que je ne rêvais même pas de prendre jusqu’à ce que je sache que Julie Boulet ne se représenterait pas. Maintenant, elle est accessible et ça va être déterminant pour savoir qui sera au pouvoir», assure M. Legault.

Dans la circonscription de Laviolette-Saint-Maurice, François Legault compte sur Marie-Louise Tardif pour rallier la population derrière la CAQ.

De bons candidats
M. Legault estime qu’il a la bonne équipe, du moins, celle qui le rapproche le plus de ses ambitions de former le prochain gouvernement. «Ça va être une lutte à deux, entre le PLQ et la CAQ. Nous avons d’excellents candidats. Je pense à Jean Boulet dans Trois-Rivières, à Marie-Louise Tardif dans Laviolette-Saint-Maurice, à Simon Allaire dans Maskinongé et aussi à Sonia LeBel dans Champlain. Sonia est certainement l’une de nos candidates les plus connues au Québec et je vois chez elle une occasion très grande d’avoir une place pour la Mauricie au sein du prochain gouvernement», soutient M. Legault. Ce dernier avance à mots à peine cachés que sa candidate vedette pourrait être ministrable au sein d’un gouvernement caquiste.

Plusieurs dossiers importants
Pour la Coalition avenir Québec, la qualité des emplois en Mauricie sera un cheval de bataille important. «C’est un enjeu important de créer des emplois bien rémunérés. Rappelons que la Mauricie a été jadis industrialisée avec des emplois très bien payés. Il faut avoir des projets avec des entreprises de taille moyenne et grande avec des emplois payant», estime le chef.

Il poursuit en parlant de la circonscription de Laviolette-Saint-Maurice. «C’est un des comtés les plus pauvres au Québec. Le revenu moyen des gens d’ici est 20 % plus bas que le reste du Québec», mentionne-t-il.

Les taxes scolaires seront aussi partie prenante des prochaines promesses électorales de la CAQ pour la région. «La Mauricie et le Saguenay-Lac-Saint-Jean sont les deux régions les plus pénalisées. Elles sont taxées à 0,30 $ du cent dollars d’évaluation comparé à 0,10 $ pour d’autres régions, dont les Laurentides. Nous voulons ramener tout le monde au même taux», relate M. Legault.

Une chaude lutte
Il semble que les prochaines semaines seront fort occupées pour les candidats de la Mauricie qui se mèneront une chaude lutte et ils seront solidement appuyés par leur chef respectif. Le territoire de la Mauricie étant un territoire déterminant dans l’acquisition de sièges au sein du prochain gouvernement.

«On s’attend à se faire lancer de la boue par le PLQ. Ils ont déjà commencé à me démoniser sur twitter. Je m’attends à une campagne très négative de leur part», lance M. Legault.

Est-ce que les premiers sondages seront maintenus et la vague caquiste déferlera sur la région ou les libéraux auront une prime à l’urne? «Je ne crois pas que les libéraux auront une prime à l’urne, pas cette fois», termine M. Legault.