L’enseignante Elen Lemire s’est occupée du maquillage et du jeu des acteurs sur la photo. Il s’agit de Brad Savard, Erika Lessard, Kaylia Gauvin et Olivier Drouin.

«Ça nous fait réfléchir»

LA TUQUE — À l’approche de la période des bals de finissants, plus de 150 jeunes de l’école secondaire Champagnat et du La Tuque High School ont pu assister à une simulation d’un grave accident, particulièrement réaliste, au coin des rues Desbiens et Lacroix à La Tuque.

«C’est une activité de sensibilisation étant donné le bal des finissants qui approche. On veut sensibiliser les jeunes à l’alcool au volant et aux drogues également […] On fait ça à titre préventif. Chaque année, on essaie de faire une activité et aujourd’hui, on a décidé de faire la simulation. On aimerait pouvoir répéter l’expérience tous les deux ans», a lancé Charles Pellerin, policier à la Sûreté du Québec.

Une scène avait été minutieusement aménagée en collaboration avec le Garage Germain & Audy. Les pompiers, les ambulanciers et la morgue ont participé à cette simulation organisée par la Sûreté du Québec. L’événement a été percutant pour les jeunes.

«On avait fait ça il y a quatre ans, et on voulait absolument refaire l’expérience. Il y a de belles prises de conscience qui sont faites. On trouvait ça important de faire cette sensibilisation-là pour nos élèves. On veut que nos enfants soient en sécurité en tout temps. C’est percutant, mais ces chocs-là permettent souvent d’allumer des lumières pour éviter de banaliser une situation. Nos ados se sentent souvent au-dessus de ça. On les sensibilise aussi à la vitesse», a lancé Julie Bronsard, directrice de l’École secondaire Champagnat.

L’après-midi avait d’abord commencé avec la présentation de vidéos dans l’agora de l’école secondaire Champagnat. Les étudiants ont écouté avec intérêt, mais c’est surtout à l’extérieur qu’ils ont eu une prise de conscience.

La simulation a eu lieu devant l’école secondaire Champagnat.

«C’est vraiment spécial de voir ça. Ça nous fait réfléchir, même si je n’ai pas de permis. Je vais y penser deux fois avant d’embarquer avec quelqu’un qui a consommé», a lancé une étudiante.

Brad Savard, lui, s’est livré au jeu. Il a pu vivre la scène de l’intérieur. Il a joué le rôle du conducteur ivre.

«C’était vraiment le fun. J’étais en dedans et j’ai vraiment embarqué dans mon rôle. Je marchais comme si j’avais mal partout et que j’étais vraiment chaud. C’est une belle expérience […] J’étais déjà prudent d’avance, mais ça fait vraiment réfléchir », a-t-il lancé à la fin de la simulation.

Un sondage maison a permis de savoir que 92 % des jeunes sur place avaient déjà consommé de l’alcool, 30 % des stupéfiants. À la question, avez-vous déjà conduit un véhicule sous l’influence de l’alcool, 13 % des jeunes ont répondu oui, 7 % sous l’influence de stupéfiants. Ce sondage anonyme a également permis d’apprendre que 44 % des répondants ont déjà embarqué dans un véhicule conduit par une personne ayant consommé de la drogue ou de l’alcool.

Afin d’en arriver là, les autorités ont mis plusieurs heures à préparer cette activité. Pour le service incendie de la Ville de La Tuque, l’implication était tout naturel.

«On ne pouvait pas passer à côté d’un tel projet. La mission du service incendie, c’est également de faire de la prévention. […] C’est une occasion inouïe pour nous d’être ici. Les gens ne savent pas nécessairement ce que l’on fait et là, ils peuvent voir réellement notre travail. C’était une belle expérience pour nous», a indiqué le capitaine à la prévention au Service de sécurité incendie de Ville de La Tuque, Alexandre Bilodeau.