Julie Boulet

Budget: les réactions régionales

Julie Boulet: «Des leviers intéressants»
«Pour nos PME, il y a des leviers intéressants, notamment pour se diversifier, développer de nouveaux produits et de nouveaux marchés. C'est un budget tourné vers l'avenir qui touche pas mal tout le monde.»
La ministre régionale, Julie Boulet, voit plusieurs vertus au budget de son gouvernement.
«Pour les régions, il y a des choses très intéressantes: l'entrepreneuriat, les entreprises en croissance, stimuler la recherche et l'innovation, les besoins de main-d'oeuvre, l'éducation, le tourisme, l'autonomie des régions, le Fonds d'appui au rayonnement des régions, 48 millions $ pour tout le programme Innovation bois, 55 millions $ pour le manufacturier innovant», se plaît-elle à énumérer.
La députée de Laviolette signale cette enveloppe pour développer la grappe de véhicules électriques intelligents. «Dans toutes les composantes de voitures électriques, la Mauricie peut s'illustrer. On a déjà des choses intéressantes. Il faut continuer dans ce sens-là. Il y a des entreprises innovantes qui peuvent s'inscrire là-dedans», croit-elle.
Donald Martel
Donald Martel: «Une grande déception»
Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, se dit déçu de constater que les grandes demandes faites par la CAQ en vue du budget provincial n'aient pas été retenues. 
«C'est une grande déception. Malgré la diminution de 55 $ en baisse d'impôt par personne et l'abolition de la taxe santé, les Québécois paient encore 800 dollars de plus, en taxes et impôts, qu'avant l'arrivée des libéraux en 2014», soutient-il.
Selon lui, il est donc faux de prétendre que les surplus sont les résultats d'une bonne gestion.
«La plus importante augmentation de sa source de revenus provient de l'ensemble de la péréquation du gouvernement fédéral. On reçoit plus d'argent du fédéral parce que, au niveau économique, on n'est moins performant que nos voisins. Et les prévisions de croissance sont inférieures à nos voisins nord-américains», déplore le représentant caquiste qui ne voit pas de mesures profitables à la région.
Pierre Mercier
Pierre Mercier: «On est sur la bonne voie»
«C'est un budget prudent, mais optimiste. Il y a des bonnes nouvelles». Voilà comment le président de la Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières, Pierre Mercier, a accueilli le nouveau budget Leitão.
Selon lui, les 443 millions de dollars annoncés pour l'économie représentent «une très bonne nouvelle». «Ça devrait aider nos entreprises. C'est super intéressant», poursuit celui qui salue l'équilibre budgétaire et la diminution de la dette.
Même s'il est conscient que le projet de train à grande fréquence, caressé par le milieu, relève du fédéral, M. Mercier se sent néanmoins défavorisé dans le budget provincial avec toutes les sommes allouées aux autres projets de transport en commun.
«On savait que les finances allaient bien. Ils ne pouvaient pas donner tous les bonbons cette année, parce que l'année prochaine, il va falloir qu'ils en donnent plus. On est sur la bonne voie», fait-il remarquer.
Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.
Jean-Guy Dubois: «Où sont les régions dans tout ça?»
Alors qu'une partie importante des milliards de dollars prévus dans les infrastructures est réservée pour Montréal et Québec, le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, se demande ouvertement «où sont les régions dans tout ça?»
«Le reste de l'enveloppe est réparti de quelle façon dans les régions et les municipalités? Qu'en est-il de la fibre optique?» lance celui qui dénote également un changement important des responsabilités municipales en matière de développement économique.
Ce qui ne l'empêche pas de trouver des qualités au budget de Carlos Leitão. 
«Quelqu'un qui paie ses dettes, je trouve ça merveilleux, c'est ma recette dans la vie. Chaque fois que tu le fais, tu viens de te donner de l'air pour tes dépenses courantes et tu viens d'améliorer ton sort. On pourra dire ce qu'on voudra, quand on arrive à un équilibre budgétaire, tout le monde est plus heureux. C'est fondamental», tranche le premier magistrat.
Michel Angers
Michel Angers: «Il y a beaucoup d'argent pour Montréal et Québec»
«Il y a beaucoup d'argent pour Montréal et Québec. J'ose espérer que les régions vont aussi avoir leur part.»
C'est de cette manière que le maire de Shawinigan, Michel Angers, a réagi au dépôt du budget provincial. 
«J'aurais aimé ça moi aussi, comme municipalité, avoir la même marge de manoeuvre, les mêmes surplus que le gouvernement présentement pour être capable de faire ce que j'ai à faire», n'a-t-il pu s'empêcher de commenter.
Celui-ci dit avoir hâte de voir comment l'aide au développement régional va s'articuler. «On a été amputé de 300 millions de dollars il y a deux ans déjà. On commence à nous redonner tranquillement l'argent», fait remarquer le premier magistrat.
En ce qui concerne les enveloppes destinées au virage numérique, ce dernier se montre déçu qu'on s'en tienne à des crédits d'impôt aux entreprises.
«Les démarrages, c'est fragile. On semble ne rien donner encore aux mesures d'accompagnement. Nous, on a des institutions, des organisations pour supporter et appuyer le démarrage d'entreprises. J'espère que dans la stratégie numérique, on va penser aussi aux organismes comme le Digihub», a-t-il conclu.
Yves Lacroix
Yves Lacroix: «Je trouve ça pas mal intéressant»
Le président de GROUPÉ, Yves Lacroix, a retenu plusieurs thèmes susceptibles de profiter à la région à l'intérieur du budget provincial.
«Au niveau de l'entrepreneuriat, on maintient l'allègement fiscal pour favoriser les transferts familiaux. Et il y a ces sommes pour soutenir l'intégration des personnes immigrantes sur le marché du travail alors que nous sommes en pénurie de main-d'oeuvre dans certains secteurs. C'est une bonne mesure pour les entreprises», signale le grand patron de FAB 3R.
Se réjouissant du développement du transport électrique et de ses retombées potentielles à Shawinigan, «qui a une belle niche au niveau des bornes», le second vice-président des Manufacturiers de la Mauricie et du Centre-du-Québec accueille favorablement le Fonds d'appui pour le rayonnement des régions.
«Il y a des sommes importantes qui sont mises pour venir supporter le marketing de nos régions afin d'attirer des investissements. Je trouve ça pas mal intéressant», a-t-il conclu.