Le modérateur Robert Pilotte était accompagné du journaliste radiophonique Marc-André Pelletier et de l’éditorialiste du Nouvelliste Martin Francoeur. On aperçoit Jean Boulet, Sonia LeBel, Nicole Morin, Gaétan Leclerc, Marc H. Plante, Jean-Denis Girard, Steven Roy Cullen et Valérie Delage.

Boulet échange les coups avec le PLQ

TROIS-RIVIÈRES — Dans un débat à huit candidats organisé lundi par le 106,9 Mauricie et NousTV, le représentant de la CAQ dans Trois-Rivières, Jean Boulet, aura été l’un des rares à jeter les gants.

Dans le dossier de la pyrrothite, le candidat caquiste a blâmé les libéraux en disant «qu’on a échoué à bien gérer cette crise-là». «On fait du surplace. Il y a 4000 maisons encore qui n’ont pas subi de tests. Il faut avoir un plan d’affaires et une commission d’enquête indépendante», a-t-il soutenu tout en parlant des conséquences humaines telles que des séparations et des suicides.

Le candidat libéral dans Maskinongé, Marc H. Plante, lui a rappelé que le constat avait été fait «il y a quatre, six ans» et qu’une table interministérielle avait été mise sur pied.

«On n’est plus dans le traitement d’une crise. On n’a plus à éteindre le feu. Les feux sont éteints», soutient M. Plante, qui n’a pas manqué de parler des 52 millions de dollars déjà accordés par Québec. «On va seconder la Coalition d’aide aux victimes de la pyrrhotite et remettre l’étude en marche pour régler la zone grise», renchérit-il.

Pour Steven Roy Cullen, de Québec solidaire dans Champlain, «on doit immédiatement venir en aide». «Nous allons financer les 4000 testes pour avoir l’heure juste», a-t-il promis.

De son côté, la candidate du Parti québécois dans Maskinongé, Nicole Morin, veut «qu’on remette le blâme à ceux qui ont causé le problème, ces abuseurs qui s’en tirent depuis plusieurs années».

Au plan économique, le député libéral sortant dans Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, a indiqué que «l’économie va bien, mais il y a encore du travail à faire». «On collabore avec Innovation et Développement économique Trois-Rivières», a-t-il fait remarquer.

Or, son adversaire de la CAQ, Jean Boulet, a profité de l’occasion pour ramener son «grand projet au centre-ville», soit un centre de formation dédié au virage numérique.

«Le revenu disponible par ménage à Trois-Rivières est inférieur de 15 000 dollars à la moyenne provinciale. Il faut créer des emplois plus payants et amorcer le virage technologique et numérique», a-t-il plaidé avant d’ajouter «qu’il faut faire plus et mieux» par rapport au fait que la Mauricie affiche le plus haut taux d’assistance sociale.

«On a mis en place les manufacturiers innovants. Et on a un plan de lutte contre la pauvreté», a renchéri son rival libéral. «C’est plus un plan de lutte aux pauvres», a ajouté Steven Roy Cullen. Et pour le candidat péquiste dans Champlain, Gaétan Leclerc, on doit s’attaquer au décrochage scolaire.

En matière de santé, son opposante de la CAQ, Sonia LeBel, considère que l’on peut faire mieux pour réduire le temps d’attente aux urgences. Si la péquiste Nicole Morin propose la valorisation des 200 000 professionnels et le gel de la rémunération des médecins, le solidaire Cullen prône une pleine utilisation des CLSC tandis que le libéral Girard se réjouit de l’ouverture d’une superclinique et de l’ajout de 60 médecins.

On a également traité du soutien aux organismes communautaires. La candidate de Québec solidaire dans Trois-Rivières, Valérie Delage, a suggéré une amélioration des conditions de travail et une hausse du financement à la mission, ce qui a rallié plusieurs participants.

De plus, celle-ci a partagé sa vision de l’avenir, soit faire de la Mauricie une région verte. «Il y a urgence d’agir, d’où notre plan de transition économique et écologique», a-t-elle martelé.

Si pour le libéral Marc H. Plante, «on a déjà prouvé que le travail d’équipe portait ses fruits», le caquiste Jean Boulet veut que le propriétaire d’une maison de 175 000 dollars puisse avoir 300 dollars de plus dans ses poches avec des taxes scolaires plus équitables. D’ailleurs, au plan de l’éducation, il a reproché aux libéraux d’avoir coupé 296 professionnels dans les écoles. «C’est le Parti québécois qui a coupé le plus», s’est défendu Jean-Denis Girard. «Arrêtez de mettre ça sur le dos du PQ. Les libéraux ont été 15 ans au pouvoir contre 18 mois pour le PQ», a répondu Gaétan Leclerc.

Au sujet des changements climatiques, sa collègue de Maskinongé a brandi le retour possible d’Énergie-Est avec la CAQ. «Il n’y aura pas de travaux dans la Vallée du Saint-Laurent», a précisé Jean Boulet, qui a aussitôt accusé «les vieux partis d’avoir le plus contribué au gaz à effet de serre avec la Cimenterie McInnis». Finalement, Valérie Delage, de QS, a évoqué la création d’un réseau de transport TransMauricien.