La directrice générale du parc national de la Mauricie, Nadine Blackburn, et la directrice générale des Défis du Parc, Marie-Josée Gervais, devant une partie des enfants qui prennent part aux Défis du Parc-Nordique.

Bouger dehors pour aimer l’hiver

Shawinigan — À l’heure où les athlètes canadiens font bonne figure à Pyeongchang et repoussent les limites du sport, près de 1300 jeunes des écoles primaires découvrent les joies de bouger durant l’hiver. Ils participent à la 9e édition des Défis du Parc-Nordique qui se déroule au parc national de la Mauricie jusqu’à samedi.

La vocation éducative des Défis du Parc-Nordique ne cesse de se consolider, affirme la directrice générale des Défis du Parc, Marie-Josée Gervais. Cette année, pas moins de 22 écoles de la Commission scolaire de l’Énergie ont mis cette activité sportive à l’agenda.

Ces jeunes de 3e et 4e année, qui proviennent de Shawinigan, La Tuque ou encore de la MRC de Mékinac, peuvent bouger et dépenser leur énergie dans 14 stations avec des jeux différents conçus pour les enfants. Les jeunes du niveau primaire doivent notamment faire du «ski de fond» avec des madriers, faire des pyramides ou encore effectuer des parcours à obstacles en équipe. «Les jeunes ne s’en rendent pas compte qu’ils brûlent énormément de calories en faisant des activités loufoques. Ils font du sport à travers ça», note Marie-Josée Gervais.

«Je suis étonnée et épatée par les activités. Ce sont les professeurs en éducation physique de la Commission scolaire de l’Énergie qui ont bâti ces jeux. Et ils sont extraordinaires.»

Lors de la première journée des Défis du Parc-Nordique, les températures douces et la pluie ont quelque peu compliqué les plans des organisateurs. Alors que la Commission scolaire se demandait si l’événement aurait bien lieu, la fondatrice des Défis du Parc n’hésitait pas une seule seconde. «J’ai toujours dit qu’il n’y a pas de mauvaise météo, il n’y a que des mauvais vêtements», explique Marie-Josée Gervais.

«IGA nous a donné 700 sacs de plastique. Tous les enfants avaient comme consigne d’amener une deuxième paire de bas et nous en avions en extra. De plus, nous avions prévu des activités sous le chapiteau en cas de forte pluie. Nous avions un plan B. Nous étions vraiment prêts à affronter la pluie et finalement, nous avons été chanceux. Nous avons eu un peu de pluie, mais ça s’est dégagé en après-midi. Nous avons eu une belle journée.»

La nouvelle formule des Défis du Parc-Nordique, qui ne prévoit plus de ski de fond et de raquette pour le grand public, fait en sorte que les impacts du mauvais temps sont bien moins importants. «L’avantage qu’on ait modifié notre programmation, c’est qu’aucune mauvaise condition ne puisse nous affecter. C’est ce qui fait la différence», confie Marie-Josée Gervais. «Les hivers québécois ont tellement changé. C’est notre 9e édition et nous savons qu’il faut avoir des activités qui font en sorte qu’avec n’importe quelles conditions de neige, on peut y arriver.»

Un défi de préparation pour les Roses
Pour la première fois depuis la création de l’équipe féminine Les Roses, celles-ci ne participeront pas au 105 km du Défi du Parc. Elles auront droit cette année à un tout autre défi, soit celui de prendre part à un triathlon.

Samedi, les membres des Roses participeront à un triathlon d’hiver combinant de la raquette, du ski de fond et de la course. Elles seront 200 femmes à prendre le départ de cette épreuve.

«Les Roses vont pouvoir avoir l’expérience des zones de transition. Ce n’est pas toujours facile de changer de sport si rapidement», précise Marie-Josée Gervais.

En septembre prochain, ces femmes des Roses participeront donc au premier triathlon des Défis du Parc. Les organisateurs de cet événement, qui en sera à sa 12e édition, voulaient proposer une grande nouveauté à ses participants. De plus, les parcours seront différents en raison des travaux de réfection de la route du parc de la Mauricie.

Le triathlon se tiendra dans le lac Wapizagonke pour la nage, dans les sentiers des falaises et des cascades près du parc Shawenegan pour la course à pied et sur la route panoramique pour la portion vélo. «C’est tout un défi qui attend les Roses. Certaines n’avaient jamais nagé avant de commencer l’entraînement», note Mme Gervais, également instigatrice de l’équipe féminine qui vise la remise en forme.

Comme les Défis du Parc 2018 auront lieu en même temps que le Festival western de Saint-Tite, les membres de l’équipe féminine feront un clin d’oeil à la culture country ce week-end. Elles seront costumées selon ce thème lors des épreuves de samedi.