Les membres de l’équipe féminine des Défis du Parc se sont déguisées samedi lors de leur triathlon d’hiver.

Bilan positif pour les Défis du Parc

Shawinigan — La 9e édition des Défis du Parc-Nordique a été un franc succès selon ses organisateurs. Durant les quatre jours de l’événement qui se tenait au parc national de la Mauricie, près de 2000 personnes ont répondu à l’invitation de bouger à l’extérieur en hiver.

Au cours de la dernière semaine, près de 1500 jeunes des écoles primaires de la Commission scolaire de l’Énergie ont pris part à des journées d’activités physiques leur permettant de dépenser leur énergie et de profiter de la saison froide.

Samedi, lors de la dernière journée des Défis du Parc-Nordique, c’était au tour de l’équipe féminine des Défis du Parc de prendre part à un triathlon d’hiver. Ces 200 femmes de l’équipe des Roses se préparent pour le triathlon prévu lors du défi de septembre prochain.

«On a fini ça en beauté avec les 200 filles de l’équipe féminine», affirme Marie-Josée Gervais, fondatrice et directrice générale des Défis du Parc. «On fait bouger le monde. Et c’était magique d’avoir reçu les enfants plus tôt cette semaine.»

Les Roses ont dû samedi faire de la raquette, du ski de fond ainsi que de la course. L’objectif était de s’amuser en bougeant notamment en faisant un clin d’œil costumé au Festival western de Saint-Tite, mais aussi de préparer les transitions entre les différents sports. En septembre prochain, elles devront compléter un triathlon avec 750 m de nage, 25 km de vélo et 5,5 km de course dans les sentiers des falaises et des cascades du parc national.

La formule de cette année du volet nordique des Défis du Parc était différente. Il n’y avait pas de volet ouvert au grand public. Mais cette formule semble être la bonne, selon Marie-Josée Gervais.

«C’est la formule gagnante. Depuis le temps que nous changeons les formules, là on a vraiment quelque chose de l’fun», estime-t-elle en précisant que c’est compliqué de tenir un événement en hiver.

Même si le grand public ne pouvait pas participer à la 9e édition des Défis du Parc-Nordique, l’événement n’aura jamais attiré autant de personnes. Les conditions hivernales parfois difficiles des dernières années rendaient la tenue d’un tel défi hasardeux. Il suffisait que les conditions ne soient pas belles pour du ski de fond ou de la raquette pour que l’événement soit ponctuellement beaucoup moins populaire.

«On a tout fait pour réinventer les activités d’hiver. Mais c’était difficile. S’il ne faisait pas beau, les gens ne venaient pas», explique Marie-Josée Gervais. «On met du temps, de l’énergie et de l’argent puis c’est très difficile quand les conditions climatiques ne sont pas là.»