Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, accompagné du conseiller municipal Raymond St-Onge, du chef d’équipe, Parcs et espaces verts, Patrick Sellito, et de la régisseure en loisir par intérim, Marilyne Lethiecq.

Bécancour dévoile sa politique de l'arbre

BÉCANCOUR — La Ville de Bécancour a fait d’une pierre deux coups mercredi en annonçant la 14e édition de la Journée de l’arbre, qui aura lieu le 25 mai prochain de 10 h à 17 h à l’Érablière D.D. du secteur Sainte-Gertrude, et en dévoilant sa nouvelle politique de l’arbre.

L’activité de célébration de la nature et de l’environnement sera complètement gratuite et s’adresse à tous les publics. Les citoyens sont appelés à laisser leur voiture au stationnement de l’église de Sainte-Gertrude pour ensuite prendre une navette qui les mènera à bon port.

Pour les enfants de 3 à 7 ans, de 13 h à 13 h 50, il y aura lecture d’un conte thématique, soit l’histoire de Grand-père Arbre par Fou de la nature. De nombreuses conférences sont aussi au programme de cette journée, dont celle sur la démystification du cannabis, présentée de 14 h à 14 h 50 par Daniel Blackburn. Cette dernière sera suivie d’une conférence sur la mycologie dès 15 h, cette science dédiée à l’étude des champignons. La journée se terminera avec la conférence de Sylvie Maccabé sur les jardins à 16 h.

Comme tous les ans, des milliers d’arbres seront distribués gratuitement et les spécialistes du Groupement forestier Nicolet-Yamaska conseilleront les gens quant au choix des arbres tout en respectant les normes et les dimensions du terrain.

De plus, tout au long de la journée, il sera possible de rencontrer Serge Fortier qui donnera trucs et astuces concernant les sols fertiles. On pourra aussi assister à des démonstrations de fatbike et de vélo de montagne par le Parc régional de la rivière Gentilly. Embellissement Bécancour aura son propre kiosque à cette journée et en profitera pour faire un tirage de caissons de fleurs pour les participants. «Il n’y aura pas de vente de nourriture sur place», précise-t-on.

Par ailleurs, le maire Jean-Guy Dubois a profité de la conférence de presse pour faire connaître à la population la toute nouvelle politique de l’arbre de la Ville de Bécancour qui se définit davantage comme étant un passage à l’action envers la protection et mise en valeur de l’arbre. Ainsi, cette politique agit sur trois zones, soit publique, résidentielle et agricole et permet la création d’une équipe d’intervention politique de l’arbre (GPA).

Sous le volet de l’intervention publique, on veut ainsi gérer les terrains publics et les grands espaces privés non agricoles avec une préoccupation de protection. Ainsi, les stationnements de plus de 20 000 pieds carrés et les zones à usage municipal (parcs, bassins de décantation et autres) devront faire l’objet d’un plan de protection arboricole.

«Pour l’intervention résidentielle, à la base, nous souhaitons le plus possible la conservation des arbres existants en façade des résidences. Nous invitons nos citoyens à informer la Ville de l’intention de couper un ou des arbres. Bien que nous soyons bien conscients de la portée limitative, dans une première étape, nous soumettons deux zones d’intervention pour le volet résidentiel», explique le premier magistrat.

D’abord, pour le développement nouveau d’un secteur résidentiel, un plan de coupe d’arbres devra être soumis et approuvé par le GPA dans le but de limiter la coupe d’arbres (nature et quantités), et ce, avant le début des travaux. Une entente négociée entre le promoteur et le GPA sera hautement souhaitable.

Ensuite, concernant les nouvelles résidences, dans l’année suivant une nouvelle construction, la Ville fournira gracieusement un arbre de façade aux nouveaux résidents. Une liste des essences disponibles et adéquates sera offerte. Il assumera par la suite la plantation et l’entretien de son arbre. Une recommandation sera faite quant à l’endroit adéquat (en respect des normes d’urbanisme et de protection des conduites souterraines) ainsi qu’un guide de plantation.

Finalement, du côté de l’intervention agricole, dans cette première phase, l’intervention sera orientée vers la préservation des haies coupe-vent existantes, en zone agricole particulièrement. «Bécancour est un arbre», a conclu le maire Dubois, faisant référence à la résilience.