Donald Martel, député caquiste de Nicolet-Bécancour.

«Beaucoup d’annonces, aucun résultat»

Bécancour — Selon le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, l’économie régionale a besoin de projets d’investissement structurants alors que peu de nouvelles importantes ont été annoncées au cours de l’année.

«On ne peut pas mesurer l’économie juste sur le taux de chômage. En termes de création de PME et d’emplois manufacturiers, je n’ai vu grand-chose dans le parc industriel de Bécancour. Il y a beaucoup d’annonces, aucun résultat. En six ans comme député, il n’y a eu aucune création d’emplois dans le parc», affirme-t-il.

Même s’il admet que certains indices s’avèrent positifs depuis quelques semaines, «il faut continuer de maintenir la pression et surtout créer un climat favorable pour les entreprises sérieuses qui désirent s’installer chez nous, dans le respect de nos valeurs», estime celui qui souligne tout de même «les belles performances de nombreuses PME de chez nous».

Par ailleurs, il note que la problématique reliée au maintien des services de santé en région n’est pas résolue. À son avis, la vigilance doit s’imposer «encore et toujours» pour assurer que les gestes posés par les décideurs du réseau de la santé tiennent véritablement compte de l’intérêt des citoyens vivant en région. Selon lui, la pétition signée par plus de 8000 personnes de la région et déposée à l’Assemblée nationale le printemps dernier fait foi de la détermination des citoyens à cet égard. 

«J’entends continuer de suivre ces dossiers de près, notamment auprès des dirigeants du CIUSSS MCQ. Les décisions ayant été centralisées, il n’y a plus d’imputabilité pour le Centre Christ-Roi à Nicolet», déplore-t-il.

L’implantation de la fibre optique dans la circonscription de Nicolet-Bécancour constitue à ses yeux l’un des faits marquants de l’année 2017 dans la région. «L’accès à cette technologie représente un atout de premier plan pour les citoyens et pour les entreprises qui n’auront plus à envier le sort des grands centres urbains à ce chapitre», fait remarquer M. Martel.

De plus, celui-ci voit comme prometteur le projet d’intégration de travailleurs immigrants qui ont été embauchés par des producteurs agricoles à Sainte-Françoise. Sept immigrants d’origine népalaise ont ainsi été placés dans des entreprises agricoles. Avec leurs familles, cela totalise 17 personnes qui sont en train de s’intégrer à la société d’accueil. «Si un projet comme celui-ci réussit et fait boule de neige, cela pourrait représenter une piste sérieuse de solution de nos problèmes de main-d’œuvre», soutient celui qui y voit un bel exemple d’intégration des nouveaux arrivants.

À la suite des récentes élections municipales, plusieurs élus ont été reconduits à leur poste alors que de nouvelles figures sont apparues. «Je veux dire aux maires, anciens et nouveaux, qu’ils peuvent compter sur mon appui dans leurs efforts pour faire la promotion de leur coin de pays. Je souhaite que chaque localité se fasse connaître pour ce qu’elle a d’unique et d’original, mais en même temps, que nous mettions nos énergies en commun lorsque cela s’avère nécessaire », a-t-il tenu à faire savoir.

Alors que 2018 sera une année électorale, le député de la CAQ voit son travail dans une perspective de continuité. «L’avenir de nos villes et villages demeure une préoccupation prioritaire. Je vais m’impliquer, si besoin est, dans tout projet qui serait de nature à défendre notre patrimoine, à consolider nos acquis ou encore à créer de nouvelles avenues de progrès», conclut Donald Martel.