Baisse des ventes de billets chez Loto-Québec

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste
La fermeture temporaire des terminaux de vente de Loto-Québec chez les détaillants a eu un impact énorme dans les ventes de billets.

Depuis le 20 mars, la seule façon de se procurer des billets de loterie est de les acheter en ligne sur le site de Loto-Québec, ce qui implique de se créer un compte, de révéler sa date de naissance pour confirmer être âgé de 18 ans et plus et bien sûr de fournir un numéro de carte de crédit. La conséquence est d’autant plus majeure que la grande majorité des gens achetaient leurs billets à l’épicerie, dans un dépanneur, dans une pharmacie. «Avec la fermeture des kiosques temporaires et l’arrêt des ventes sur terminal, tout le monde doit converger vers les services en ligne. On parle de dizaines de milliers d’inscriptions supplémentaires», a indiqué Patrice Lavoie, directeur des affaires publiques et des relations avec les médias chez Loto-Québec.

En fait, c’est du jamais-vu. Et pour certains clients, la situation devient plus complexe puisqu’ils n’ont pas accès à Internet ou encore ils n’ont pas de carte de crédit. «Nous sommes le seul site légal de jeux en ligne au Québec. Nous avons des mesures à prendre pour s’assurer notamment de ne pas vendre des billets à des moins de 18 ans», rappelle M. Lavoie.

Si, pour la plupart des gens, l’inscription en ligne et l’achat de billets ne prendront que quelques secondes, d’autres doivent contacter le service à clientèle pour recevoir l’aide nécessaire. «Présentement, il y a plus d’une centaine de personnes qui fournissent de l’assistance téléphonique. Le service est même offert 24 heures sur 24, sept jours sur sept», ajoute M. Lavoie.

Il semble impossible pour l’instant d’avoir des chiffres précis sur l’étendue des pertes pour l’ensemble des loteries. Par contre, on apprend que les ventes canadiennes pour un tirage de 65 millions $, un mardi de novembre, étaient de 38,2 millions $. Le 24 mars dernier, pour un tirage similaire où la cagnotte était de 65 millions $, les ventes ont été de 22,7 millions $. L’impact réel pourrait être divulgué lors des prochains états financiers de Loto-Québec.

Même si les revenus sont à la baisse, les gros lots n’en demeurent pas moins très généreux. Tout dépend du temps qu’il prendra à être gagné. Mardi, celui du Lotto Max sera de 70 millions $, ce qui constitue le plafond de Loto-Québec. «Quand le gros lot sera gagné, il redescendra au montant prévu et suivra ensuite la courbe prévue d’augmentation», a conclu M. Lavoie.