Les brise-glaces ont continué d’être utilisés sur le lac Saint-Pierre, jeudi.

Aussitôt relancée, aussitôt suspendue

Trois-Rivières — Les efforts déployés par la Garde côtière canadienne pour dégager le lac Saint-Pierre d’un embâcle situé à la hauteur de Sorel ont porté ses fruits. L’embâcle a cédé jeudi matin, permettant le passage d’un seul navire en direction est, mais ce dernier a été pris dans les glaces à la hauteur de Maskinongé. La situation a amené la Garde côtière canadienne à suspendre de nouveau la navigation jusqu’à nouvel ordre.

La journée avait commencé avec l’annonce de la reprise graduelle du trafic dans la voie maritime. La Garde côtière déclarait que le navire Belgium avait eu l’autorisation de circuler sur le lac Saint-Pierre entre Montréal et Trois-Rivières.

Les autorités prenaient soin d’ajouter que les brise-glaces allaient s’assurer que la glace s’écoule bien jusqu’à Trois-Rivières. Mais en fin de journée, jeudi, le scénario avait changé.

«La glace en mouvement est maintenant sous pression dans le secteur de Maskinongé où nos deux brise-glaces, le NGCC Pierre Radisson et l’Amundsen, poursuivent le déglaçage dans le but de déprendre le Belgium. La navigation ne reprendra pas aujourd’hui (jeudi) et les conditions seront évaluées au cours de la nuit pour qu’une décision soit prise demain matin (vendredi), à savoir si nous autorisons un autre transit», a fait savoir par courriel Isabelle Pelchat, gestionnaire par intérim du programme de déglaçage et des opérations arctiques à la Garde côtière canadienne.

La suspension du trafic maritime dans le lac Saint-Pierre a des impacts sur les activités du port de Trois-Rivières. Deux navires qui sont passés par ce port plus tôt cette semaine demeurent sur les lieux, incapables de naviguer vers l’ouest. Trois navires ont accosté à Trois-Rivières même s’ils ne devaient pas s’y arrêter.

Le port de Trois-Rivières se préparait à accueillir deux autres navires au cours des dernières heures. Ceux-ci s’ajoutent aux bateaux déjà accostés à Trois-Rivières qui doivent livrer entre autres de l’acier et du vrac liquide dans des ports situés à l’ouest.

La Société du parc industriel et portuaire de Bécancour ne subit aucune conséquence de cette suspension du trafic maritime sur le lac Saint-Pierre. La très vaste majorité de ses bateaux arrive de la mer et repart dans la même direction.

Situation sous contrôle sur les cours d’eau

L’embâcle sur le lac Saint-Pierre influence légèrement à la hausse le niveau de ce cours d’eau, mais rien n’est inquiétant pour le moment selon la Sécurité civile.

D’après Sébastien Doire, directeur régional, la situation se stabilise sur le lac Saint-Pierre depuis le travail réalisé par les brise-glace à la hauteur de Sorel. 

«Ça ne cause pas de problème au niveau de la sécurité civile. Mais on est quand même aux aguets.»

La pluie qui s’est abattue sur le Québec au fil des dernières heures sera en grande partie absorbée par l’épaisse couche de neige. Le retour à des températures froides va ralentir le ruissellement.

Le résultat d’une bonne quantité de pluie se fait sentir de 24 h à 48 h plus tard. La Sécurité civile s’attend à observer des mouvements de glace sur la rivière Saint-François, de Drummondville jusqu’à Pierreville.

«On regarde aussi du coin de l’œil les rivières Nicolet et Bécancour. Mais rien ne laisse croire qu’il y aura un problème», ajoute M. Doire, en soulignant qu’aucune inondation n’a été relevée et que le niveau des rivières en Mauricie n’est pas élevé.

La pluie vient toutefois alourdir la masse de neige qui recouvre le toit des maisons. Sébastien Doire recommande aux propriétaires de ne pas attendre trop avant de dégager leur toit, d’autant plus que de la neige est attendue au cours des prochains jours et qu’il reste encore plusieurs semaines à la saison hivernale.

Finalement, la Sécurité civile rappelle aux citoyens aux prises avec une panne d’électricité les mesures de base en matière de sécurité. Si les gens utilisent
une génératrice pour alimenter leur maison en énergie,
l’équipement doit être installé à l’extérieur de la maison afin d’éviter les intoxications au monoxyde de carbone. 

Se munir d’un détecteur d’un monoxyde de carbone est une bonne idée.