Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

«Aucune raison que les citoyens ne soient pas avisés»

SHAWINIGAN — Même s’il assure que la communication demeure constante entre la Ville et le ministère des Transports, le maire de Shawinigan, Michel Angers, convient que la population devrait être avisée lorsque d’importants ralentissements sont attendus sur le pont Marc-Trudel en raison des travaux de réfection.

La frustration des gens interrogés au cours des derniers jours porte justement sur le fait que la fluidité de la circulation demeure aléatoire d’une journée à l’autre. La plupart du temps, le passage de ce chantier se déroule sans histoire, sauf aux heures de pointe. Mais quand le ministère des Transports procède à des travaux de pavage, il doit imposer la circulation sur une seule voie en alternance, ce qui provoque des bouchons comme celui de samedi.

«Nous comprenons l’impatience des gens», assure le maire. «Nous sommes constamment en lien avec le ministère des Transports, mais nous n’avons aucune prise sur ce chantier. Il nous informe de ce qui se passe. Nous aimerions trouver des moments où les réparations feront le moins de mal possible.»

Jacinthe Béland, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie de Shawinigan.

M. Angers donne l’exemple des travaux effectués sur le boulevard de Shawinigan-Sud en raison d’un bris d’aqueduc, réalisés entre 19 h mercredi et 7 h jeudi matin. La Ville a publié un communiqué sur le sujet et elle prend soin de réaliser ces manœuvres à une période où la circulation est moins dense.

«Nous allons interpeller le ministère des Transports pour voir si on peut faire les choses autrement», avance-t-il. «Évidemment, ça va toujours déranger. Les travaux doivent se faire, mais il faut absolument que le ministère des Transports soit capable, à l’avance, de dire aux gens d’éviter cet endroit. Avec tous les moyens que nous avons aujourd’hui, il n’y a aucune raison que les citoyens ne soient pas avisés.»

Jacinthe Béland, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie de Shawinigan, souligne que l’organisme n’a pas été saisi de cet enjeu par ses membres. Mais dans son quotidien, elle décèle bien des frustrations dans la population.

«Je voulais soulever le point des communications avec la Ville», mentionne-t-elle. «Je suis à Shawinigan-Sud et à chaque matin, c’est une surprise. Un matin ça va bien et le lendemain, ça ne va pas! On ne le sait jamais d’avance. Si les gens étaient mieux informés, ça pourrait faciliter la chose. En le sachant, on pourrait mieux organiser nos déplacements.»

Mme Béland suggère la création d’une application mobile qui permettrait de suivre la situation en temps réel, ou l’installation de panneaux interactifs avant le chantier pour prévenir les automobilistes du temps d’attente.