Jean-François Aubin

Aubin lance un mouvement citoyen

TROIS-RIVIÈRES — La défaite électorale dans sa course à la mairie ne semble clairement pas vouloir arrêter Jean-François Aubin dans son désir de s’impliquer dans la vie politique municipale. À peine remis du résultat des élections du 5 novembre, celui qui a obtenu plus de 44 % du suffrage à la mairie de Trois-Rivières souhaite désormais instaurer un vaste mouvement citoyen pour soutenir et favoriser la participation citoyenne dans la politique municipale.

L’idée germait depuis le tout début de sa campagne électorale, mais s’est davantage concrétisée devant le très faible taux de participation à Trois-Rivières, avec à peine 48 %, soit un recul de près de 9 % par rapport à l’élection municipale de 2013.

«Lorsque je faisais mon porte-à-porte, la plus grande difficulté rencontrée a été l’indifférence et le désintérêt des gens face à la politique municipale. C’est une question qui me préoccupe beaucoup. Ce décrochage du politique, pour une personne comme moi qui ai toujours prôné une citoyenneté active, c’est dérangeant et perturbant», indique-t-il.

Ainsi, M. Aubin en arrive à une conclusion. «La politique municipale ce n’est pas juste pendant la campagne électorale. Si tu ne te préoccupes pas de ça pendant 4 ans, il y a peu de chances que tu te mobilises de façon éclairée au moment d’aller voter», mentionne celui qui croit qu’il faut désormais prendre le problème autrement.


« Lorsque je faisais mon porte-à-porte, la plus grande difficulté rencontrée a été l’indifférence et le désintérêt des gens face à la politique municipale. C’est une question qui me préoccupe beaucoup. »
Jean-François Aubin

Il met donc en place un mouvement citoyen sous forme d’organisme sans but lucratif pour penser des façons de faire et améliorer l’intérêt des gens envers la politique municipale. Pour ce faire, il lance un appel à tous ceux qui souhaiteraient joindre le mouvement et plancher sur l’élaboration d’un plan d’action qui sera rendu public vers la fin du mois de janvier. Un plan d’action qui fixerait des objectifs concrets à atteindre, comme par exemple l’atteinte d’un seuil minimal de taux de participation, et toucherait quatre grands axes: la recherche, l’éducation et la sensibilisation, l’implantation de changements pour faciliter le vote de même que la mise en place de moyens pour favoriser le débat public.

«Au provincial, on peut voter dans les résidences pour personnes âgées, dans les cégeps, les universités. Comment se fait-il que ce ne soit pas possible au municipal? Prenons les moyens pour y arriver avec le gouvernement. De son côté, la Ville a aussi son rôle à jouer pour améliorer ses façons de faire. Ce n’est pas l’idéal d’avoir, comme on a vu à certains endroits aux dernières élections, un seul endroit par district pour voter, ou encore que des gens qui souhaitent se rendre voter soient obligés de faire la file à l’extérieur, en plein mois de novembre», croit Jean-François Aubin.

Quant à la question du débat public, il souhaite qu’elle soit soulevée tant par la Ville, qui selon lui devrait mettre en place davantage de séances d’information et de consultation, que par la société civile qui doit organiser des débats, réfléchir sur des enjeux et faciliter l’accès à ces débats en se promenant dans tous les secteurs de la ville.

Par ailleurs, même s’il met en place ce mouvement, il souhaite que de son côté, le conseil municipal continue lui aussi de se préoccuper de la participation citoyenne. «Je souhaite que les élus se penchent aussi sur cette question. Ça peut passer par la webdiffusion des séances du conseil, par la mise en place d’un comité pour impliquer les jeunes. Ce sera aux élus de voir, mais je souhaite que ça demeure au coeur de leurs préoccupations, et pas juste au moment des élections», ajoute-t-il.

Est-ce que ce mouvement pourrait un jour devenir un parti politique? Totalement exclu, répond le principal intéressé. «Mais bien entendu, je souhaite que les préoccupations et propositions de ce mouvement soient reprises par «le politique », indique celui qui invite les gens à le contacter par Facebook s’ils souhaitent s’impliquer dans le processus.