Jean-François Aubin

Aubin et Lord au diapason sur le développement durable

Trois-Rivières — Alors que se tenait l’événement Vitrine sur les technologies vertes, ce mercredi à Trois-Rivières, deux des quatre candidats à la mairie y sont allés d’annonces sur le thème du développement durable. Jean-François Aubin a d’abord tenu un point de presse en matinée, plaidant pour «que Trois-Rivières soit la capitale québécoise du développement durable». Éric Lord a plus tard émis un communiqué affirmant que la conjugaison de développement économique et d’environnement s’inscrit «parfaitement» dans sa vision du développement durable.

M. Lord a tenu à souligner l’importance du secteur d’avenir que constituent les technologies vertes, selon lui. Il s’est également réjoui de la participation de plus de 200 intervenants, principalement du milieu des affaires, à l’événement à caractère économique et environnemental, ayant pour thème Innover et rayonner. «L’événement rappelle l’importance de travailler sur la base régionale pour développer notre économie alors que la filière dépasse largement les limites de Trois-Rivières», déclare Éric Lord. S’il est élu maire, le candidat entend appuyer ce secteur de l’économie.

Éric Lord

Pour Jean-François Aubin, l’occasion était celle d’une annonce en trois volets. Il croit d’abord que Trois-Rivières doit assumer son rôle de leader régional et donner l’exemple en matière d’achat local. Or, si la Ville doit faire sa part, soutient-il, il importe aussi de sensibiliser les partenaires avec qui elle transige et de les amener à emboîter le pas. Sans être précis sur la portée de la politique d’achat local qu’il compte mettre en place, M. Aubin parle de se fixer des cibles et évoque «plusieurs millions $» en terme de retombées. Il fait valoir que les entreprises d’ici sont sensibles à la question. «Il faut que la Ville prêche par l’exemple», plaide-t-il toutefois.

«Si on veut devenir la capitale du développement durable, on doit orienter, travailler, à développer nos entreprises qui vont aller dans le sens des technologies vertes», maintient par ailleurs M. Aubin. Citant les Marmen, Groupe Bellemare et autres acteurs économiques œuvrant dans le secteur des énergies renouvelables et du recyclage, le candidat veut voir Trois-Rivières développer l’image d’un pôle économique vert. «Le futur c’est les entreprises vertes, c’est les entreprises de technologie verte, c’est cette image-là qu’il faut que l’on travaille et que l’on mette de l’avant», déclare-t-il.

Enfin, Jean-François Aubin compte miser sur le positionnement géographique de Trois-Rivières. Port de Trois-Rivières et port de Bécancour, chemin de fer, deux autoroutes majeures et un aéroport que l’on veut développer, sont autant d’infrastructures sur lesquelles la Ville peut prendre appui pour son développement, affirme-t-il. «Trois-Rivières est un carrefour au niveau du transport, notamment au niveau du transport du matériel. Trois-Rivières peut en bénéficier et se développer à partir de ça», avance-t-il.

M. Aubin conclut en expliquant que ses discussions avec les acteurs du milieu lui font croire qu’une stratégie marketing concertée pourrait lier ensemble les différents atouts dont jouit Trois-Rivières. Par ailleurs, des négociations seraient en cours pour faciliter une utilisation optimale des chemins de fer qui traversent la ville. Des négociations que la Ville se doit d’appuyer, insiste le candidat.