Nancy Brunelle avait confirmé sa candidature pour le Parti populaire du Canada en juin.

Au tour du PPC de se chercher un candidat

SHAWINIGAN — Pour la deuxième fois en deux semaines, un candidat confirmé dans Saint-Maurice – Champlain en prévision de l’élection fédérale du 21 octobre revient sur sa décision.

Nancy Brunelle vient d’aviser le Parti populaire du Canada qu’elle se désistait, mais Jacques Grenier, organisateur de cette formation politique pour le Québec, croit être en mesure d’annoncer rapidement une nouvelle candidature.

Le chef du PPC, Maxime Bernier, s’était lui-même déplacé à Yamachiche, en juin, pour dévoiler l’identité de ses représentants pour la Mauricie. Mme Brunelle faisait partie de l’équipe.

Lundi, La Presse a toutefois publié un reportage portant sur la tendance de certains candidats du PPC à partager de fausses nouvelles sur leur page Facebook. Le comportement de Mme Brunelle était cité, notamment en raison de sa position critique sur tout ce qui touche les changements climatiques.

Le lendemain de la publication de cet article, Mme Brunelle utilisait le réseau Facebook pour confirmer sa volte-face.

«Je vous informe que j’ai donné ma démission au Parti populaire du Canada», écrit-elle.

«Pour des raisons personnelles, je suis dans l’obligation de me retirer. J’aimerais que vous respectiez ma décision. Pour le moment, ma vie personnelle est plus importante que la vie politique.»

M. Grenier n’a pas voulu faire un grand plat avec ce revirement de situation, mais il reconnaît que le reportage de La Presse a pesé dans la balance. Pour le reste, il souhaite simplement que le choix de Mme Brunelle soit respecté.

«Elle s’est désistée, comme d’autres l’ont déjà fait. Nous avons à gérer ça», résume M. Grenier, l’un des nombreux transfuges conservateurs à avoir suivi Maxime Bernier.

L’organisateur confie toutefois que le parti possède une bonne banque de candidats. Il s’attend à ce qu’un nouveau nom soit dévoilé pour Saint-Maurice – Champlain d’ici la fin de la semaine. Le PCC serait également en mesure d’annoncer enfin son porte-étendard pour Trois-Rivières à la même occasion.

M. Grenier travaille aussi à trouver un remplaçant pour Ken Pereira, qui a dû se désister dans Portneuf - Jacques-Cartier parce que son fils doit faire face à une accusation de meurtre.

«Nous travaillons à régulariser ces dossiers», rassure M. Grenier.

À la fin août, le Bloc québécois s’est retrouvé dans la même situation dans Saint-Maurice - Champlain.

Pierre Jolivet décidait également de revenir sur sa décision pour des raisons personnelles.

Le BQ a rapidement remédié à ce départ, en désignant Nicole Morin comme candidate.