Le port du masque était de mise pendant l’événement afin d’assurer la sécurité des finissants, de leurs parents ainsi que des membres du personnel. Sur la photo: Anaïs Gendron et son accompagnateur Alexis Matteau.
Le port du masque était de mise pendant l’événement afin d’assurer la sécurité des finissants, de leurs parents ainsi que des membres du personnel. Sur la photo: Anaïs Gendron et son accompagnateur Alexis Matteau.

Au tour de Paul-Le Jeune d’honorer ses finissants

SAINT-TITE — C’était au tour de l’école secondaire Paul-Le Jeune de rendre hommage à ses finissants, ce jeudi.

Pour l’occasion, pas moins de 90 étudiants de cinquième secondaire s’étaient rendus sur le terrain de l’école. Ils ont eu droit à un «cinq à sept des finissants» en remplacement de leur traditionnel bal, qui, rappelons-le, a été annulé en raison de l’urgence sanitaire décrétée par la Santé publique.

Une animation musicale a été assurée sur place par le personnel enseignant de l’école. Sur la photo: Jean-Sébastien Defoy, enseignant en musique à l’école secondaire Paul-Le Jeune.

«C’était une soirée divisée en trois étapes. À leur arrivée, les élèves ont pu prendre part à une file d’attente dynamique dans laquelle la conversation était favorisée. De la musique était jouée par notre enseignant spécialiste en la matière et d’autres membres du personnel se promenaient parmi les finissants. Puis, ils ont suivi un parcours intérieur ponctué de stations dans lesquelles des surprises étaient offertes. Enfin, ils concluaient l’aventure avec un coin discussion aménagé dans l’école», a expliqué le directeur adjoint de l’école secondaire Paul-Le Jeune, Louis-Pierre Pichette.

Par ailleurs, c’est dans la reconnaissance la plus totale que les étudiants de dernière année ont reçu le geste de la part de l’administration de l’école.

Les étudiants de dernière année n’ont pas manqué de se mettre sur leur 36 pour l’occasion. Sur la photo: Tricia Germain et Julien Matteau.

«C’était un retour des plus positifs dans la mesure où les finissants ne s’attendaient plus à rien. Ils avaient entendu dire que tout serait annulé et que rien ne serait fait en leur honneur. Ils étaient donc heureux de se voir, satisfaits de leur parcours chez nous et fiers d’eux. Il y avait également beaucoup de fierté chez les parents», a indiqué M. Pichette.

Évidemment, l’événement avait été organisé de sorte que les mesures de distanciation sociale mises en place par la Santé publique soient respectées en tout temps.

Le professeur de photo Jonathan Gagnon avait été mandaté photographe officiel de l’événement. Sur la photo: Marie-Jeanne Gingras et son accompagnateur Manuel Meunier-Martinez.

«Notre parcours avait été balisé en entier. Plus d’une cinquantaine de membres du personnel étaient également présents pour s’assurer du bon déroulement du projet et du respect des mesures sanitaires. C’était un événement chaleureux et sécuritaire présenté dans la convivialité», a ajouté le directeur adjoint.

Les enseignants ont d’ailleurs eux aussi profité de l’occasion pour mettre un point d’exclamation à la fin de cette année qui s’est conclue en queue de poisson.

«On se dit mission accomplie, nous sommes tous très heureux du dénouement de cette année qui s’est terminée d’une façon différente, certes, mais de façon tout aussi chaleureuse et dans la joie», a exprimé Louis-Pierre Pichette.