Barbara Hadden va de mieux en mieux, deux semaines après avoir été attaquée par une ourse à Sainte-Ursule.

Attaque d'ourse à Sainte-Ursule: la victime rassurée

SAINTE-URSULE — Victime d’une attaque d’ourse le 29 septembre à Sainte-Ursule, Barbara Hadden se dit rassurée de savoir que le ministère des Forêts, de la Faune, et des Parcs en a capturé deux dans le secteur au cours des derniers jours.

L’enseignante se promenait sur un sentier appartenant à la Régie d’aqueduc de Grand-Pré lorsque l’attaque est survenue. L’ourse se promenait avec ses trois petits lorsque Mme Hadden l’a croisé. L’ourse a attaqué les deux chiens de Mme Hadden avant de la mordre dans le dos, lui infligeant des blessures mineures. La victime s’est mise en boule afin de démontrer à l’ourse qu’elle n’était pas une menace. L’animal a quitté les lieux.

«Ça me rassure, car il y a deux ours de moins, mais ce n’est pas la mère (qui l’a attaquée) qui a été prise. Dans mon secteur, il y a une mère avec trois petits, une autre mère avec deux petits et un ours adolescent. La quantité d’ours dans notre coin, ce n’est pas drôle», mentionne Mme Hadden, qui se remet bien de sa mésaventure, mais qui a eu la peur de sa vie lorsque l’ourse l’a saisie, secouée comme une poupée, griffée et mordue.

Cet événement avait incité les autorités à installer des cages dans le secteur afin de capturer l’animal. Du 30 septembre au 5 octobre, deux ours (un mâle et une femelle) ont été pris dans les cages.

«Les animaux ont été relocalisés en milieu forestier à plus de 100 km de leur lieu de capture pour être sûr qu’ils ne reviennent pas. Il y a des prélèvements biologiques qui ont été faits sur les deux animaux pour savoir s’ils sont en cause avec la dame qui a été attaquée. Le laboratoire d’expertise légale du ministère va procéder à des analyses afin de tenter de faire le lien entre les animaux capturés et les vêtements de la dame, car les agents de la faune ont récupéré les vêtements de la dame pour essayer de voir si cela concorde», déclare le porte-parole du ministère des Forêts, de la Faune, et des Parcs, Sylvain Carrier.

Réjean Carle, le maire de Sainte-Ursule, affirme que cette histoire n’a pas causé de commotion dans la localité. Il se réjouit toutefois que Mme Hadden n’ait subi que des blessures mineures.

«Le fait d’avoir capturé deux ours, ça rassure oui et non, car on est dans leur territoire. Quand on se promène en forêt, où il peut y avoir des animaux sauvages, on sait qu’il y a toujours un risque. La dame a été chanceuse. L’ourse aurait pu s’acharner sur elle et ça aurait été fini.»

Mme Hadden a l’habitude des longues marches en forêt et rencontre fréquemment des ours qui se sauvent dès qu’ils l’aperçoivent. Il y a deux semaines, c’est un de ses chiens qui s’est aventuré trop près de la zone où se trouvaient la femelle et ses petits.

«Je ne vais pas arrêter de marcher avec mes chiens. Je vais peut-être aller chercher une canette de poivre de cayenne. Je vais aller dans le coin des chutes et je vais tenir mes chiens en laisse. Je vais attendre cet hiver avant de les laisser courir, je veux attendre que les ours soient en hibernation»

Selon le ministère des Forêts, il faut rester calme si on rencontre un ours. Si possible, il est préférable de se retirer sans faire de bruit. Il faut lui parler doucement et toujours lui laisser un corridor de fuite. Si la bête avance, il faut jeter devant soi des objets afin de le distraire. Faire le mort devant un ours noir n’est pas recommandé. Il faut demeurer attentif et être prêt à l’affronter s’il attaque. À moins de trouver un refuge très rapidement, se sauver en courant n’est pas davantage une bonne idée: cela pourrait l’encourager à vous considérer comme étant une proie et l’ours est un bon coureur.

Si jamais l’ours passe à l’attaque, vous devez vous défendre avec tout ce qui est à portée de main: roches, rame, hache. Crier est recommandé à ce moment, de même que gesticuler, afin de l’impressionner.