L’aréna Jean-Guy-Talbot serait démoli en septembre 2020.

Aréna Jean-Guy-Talbot: mouvement d’opposition à la démolition

Trois-Rivières — La décision de la Ville de Trois-Rivières de procéder à la démolition de l’aréna Jean-Guy-Talbot dès septembre 2020 fait vivement réagir dans la communauté. Une pétition lancée en ligne jeudi matin et réclamant au maire Jean Lamarche de garder l’aréna ouvert avait recueilli plus de 1000 signatures en soirée jeudi. Et les responsables du casse-croûte de l’aréna dénoncent vivement la volonté de la Ville de la démolir. Pendant ce temps, devant les vives réactions causées par cette nouvelle, la Ville a devancé sa conférence de presse qu’elle devait tenir le 21 novembre prochain afin de la tenir vendredi matin, histoire de préciser les détails entourant cette décision.

Les médias, qui avaient été convoqués jeudi prochain à 14 h, ont reçu une invitation pour ce vendredi à 11 h afin de faire le point sur les «diverses informations concernant l’aréna Jean-Guy-Talbot qui circulent dans les médias». Rappelons que mercredi, Le Nouvelliste a révélé que l’aréna serait démoli en septembre 2020 afin de faire place à un nouveau complexe sportif, mais qui ne contiendrait pas de glace.

Pour Katia Veillette, instigatrice de cette pétition sur le site Avaaz.org, il importe que la Ville soit à l’écoute des citoyens qui réclament le maintien de l’aréna, et s’inquiète pour les équipes de hockey mineur et senior AAA qui évoluent sur cette glace. «Pourquoi encore faire des pertes d’emplois? Il y avait quelqu’un qui était prêt à investir il y a quelque temps, mais la Ville en a décidé autrement. Pour une fois, la Ville pourrait écouter ses citoyens. Je sais que l’aréna a besoin de grosses réparations, mais si la Ville ne l’avait pas laissé aller on n’en serait pas là aujourd’hui», a-t-elle déclaré dans un courriel transmis au Nouvelliste. Mme Veillette s’indigne d’autant plus que les activités sportives se concentrent ainsi du côté ouest de la rivière, laissant la clientèle du secteur Cap-de-la-Madeleine en carence de temps de glace. 

«Pourquoi toujours centrer les choses du côté de Trois-Rivières Centre et Trois-Rivières-Ouest? Le secteur Cap-de-la-Madeleine a le droit de se faire valoir aussi», soutient-elle.

«Le maire Jean Lamarche a dit durant la campagne électorale qu’il allait s’occuper du Cap-de-la-Madeleine. Bien, il a l’occasion de le faire», a ajouté Katia Veillette, plus tard en entrevue. 

L’instigatrice de la pétition, Kathia Veillette, en compagnie des responsables du casse-croûte de l’aréna Jean-Guy- Talbot, Jessy Landry et Alain Laflamme.

Des commerçants très inquiets

Alain Laflamme et Jessy Landry exploitent le casse-croûte de l’aréna Jean-Guy Talbot depuis quatre ans. Ils ont pris la responsabilité du commerce à la suite d’une demande de l’équipe de hockey senior de Cap-de-la-Madeleine, Climatisation Cloutier. Préoccupés par l’avenir de l’aréna et de leur commerce, ils estiment que la Ville ferait fausse route avec une démolition. 

«C’est une grande famille ici. C’est une belle place pour le hockey mineur et pour le hockey senior», a affirmé Alain Laflamme. 

«L’aréna se remplit tout le temps lorsqu’il y a des matchs du Climatisation Cloutier. Des soirs, nous avons 700-800 personnes, alors que d’autres, il y a 1200 spectateurs dans l’aréna», a ajouté Jessy Landry. «Il y a une proximité avec les clients ici, c’est incroyable.»

Lors de l’entrevue avec Le Nouvelliste, une clientèle régulière a d’ailleurs offert une peluche à Jessy Landry. 

Les deux commerçants estiment que l’ambiance qui règne sur place les soirs de match est unique, en raison notamment de la configuration des estrades. «Les spectateurs sont proches de l’action et des joueurs. On ne retrouve pas ça souvent ailleurs», a également soutenu Alain Laflamme. 

Si la démolition de l’aréna aura certainement des conséquences sur le hockey senior, elle en aura aussi assurément sur le hockey mineur. Alain Laflamme craint que plusieurs enfants du secteur Cap-de-la-Madeleine ne puissent plus pratiquer le hockey si l’aréna Jean-Guy-Talbot disparaît. 

«On entend beaucoup de parents dire qu’ils trouvent ça vraiment dommage. C’est le seul aréna au Cap-de-la-Madeleine. Et c’est un beau monument qu’on a laissé aller avec le temps», a dénoncé M. Laflamme. 

«Plusieurs parents nous ont dit qu’ils envisagent de trouver un autre sport pour leur enfant si l’aréna est démoli. Ça va devenir impossible pour eux de se rendre au nouveau colisée à Trois-Rivières-Ouest après le travail et le trafic du pont Laviolette.» 

Alain Laflamme et Jessy Landry se demandent pourquoi la Ville a refusé le projet de rénovation déjà proposé par des hommes d’affaires de Trois-Rivières impliqués dans le Climatisation Cloutier. «Ils ont mis de l’argent dans l’aréna et sont encore prêts à en mettre. J’espère que la Ville va le considérer», a ajouté M. Laflamme.