De gauche à droite: Karine Deschesnes, directrice des ressources humaines et gestion des risques, Caisse de l’Est de Trois-Rivières, Carole Chevalier, présidente du conseil d’administration, Caisse de l’Est, Ginette Lapointe, agente de développement, L’Appui Mauricie.
De gauche à droite: Karine Deschesnes, directrice des ressources humaines et gestion des risques, Caisse de l’Est de Trois-Rivières, Carole Chevalier, présidente du conseil d’administration, Caisse de l’Est, Ginette Lapointe, agente de développement, L’Appui Mauricie.

Appui Mauricie: un concours qui en dit long

TROIS-RIVIÈRES — L’Appui Mauricie pour les proches aidants d’aînés a récemment souligné l’engagement de sept entreprises de la région qui ont su insuffler un vent de solidarité envers leurs employés proches aidants au sein de leurs équipes respectives.

Dans le cadre du concours Je fais un geste pour un collègue proche aidant, les entreprises devaient inciter leurs employés à inscrire au concours un de leurs collègues qui offre des soins ou du soutien à un proche.

Ces employés aidants pouvaient ainsi courir la chance de gagner des prix. Quant aux entreprises participantes qui ont récolté 20 inscriptions ou plus, elles ont reçu un trophée pour leur engagement.

Ces entreprises sont les suivantes: CIUSSS-MCQ (65 inscriptions), PMA Assurances (60 inscriptions), Desjardins (40 inscriptions), Cégep de Shawinigan (23 inscriptions), Coopérative d’aide à domicile de la MRC de Maskinongé (22 inscriptions), les Consultats MESAR (22 inscriptions) et Kongsberg Automotive (20 inscriptions).

Voici les entreprises qui ont récolté 2 à 19 inscriptions: UQTR, Antirouille Métropolitain, Commission scolaire de l’Énergie, Ville de Shawinigan, LGMC Société de comptables professionnels agréés, CDEC de Trois-Rivières et les Aides familiales de Mékinac.

En tout, le concours a suscité plus de 400 inscriptions admissibles réparties parmi plus de 100 entreprises différentes en Mauricie.

Ces chiffres, fait valoir L’Appui Mauricie, «prouvent la nécessité de faire connaître aux employeurs ce que bon nombre d’employés vivent au quotidien. Au Québec en effet, plus de 24 % de la population active fournit des soins informels et non rémunérés à des proches. Parmi eux, 56 % travaillent 30 heures et plus par semaine tout en assumant leurs responsabilités de proche aidant.

Selon diverses études, 44 % des aidants manquent des jours de travail, 15 % réduisent leur temps de travail, 10 % quittent la vie active et 50 % n’en parlent pas à leur employeur.

Selon L’Appui Mauricie, «face à cette réalité grandissant et considérant la pénurie de main-d’oeuvre actuelle, les employeurs doivent se munir d’outils et de stratégies pour aider leurs employés proches aidants à rester sur le marché du travail.