Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Angers réitère l'ouverture de Shawinigan

Même s'il prétend se tenir un peu à distance des dernières discussions entourant la tarification des non-résidents pour les activités de Shawinigan, le maire prend note de l'ouverture de certaines municipalités, en glissant qu'il a toujours exprimé la possibilité de négocier certains arrangements pour en arriver à une procédure satisfaisante pour tous.
«Depuis le début, on a toujours dit qu'à partir du moment où des ajustements sont nécessaires, on est capables de faire des affaires», indique Michel Angers. «Je rappelle qu'on ouvre la porte à des citoyens non résidents pour venir profiter des services chez nous. Libre à eux, libre à leur municipalité d'y accéder ou pas. Je rappelle aussi que ce sont les citoyens de Shawinigan qui payent pour toutes les infrastructures.» 
Pour le reste, le maire prendra connaissance des résolutions ou des correspondances des autres municipalités au cours des prochains jours, mais dans son esprit, l'affaire est classée.
«C'est assez simple», commente-t-il. «Moi, je l'ai déjà dit, ce dossier est terminé. Si les gens veulent collaborer, tant mieux et s'ils ne veulent pas, c'est leur choix.»
«Je rappelle que ça représente des peanuts, dans le budget d'une ville», ajoute M. Angers. «L'objectif poursuivi n'est pas de faire de l'argent, c'est d'être équitable envers nos propres citoyens.»
Dans la lettre envoyée par la Ville aux municipalités le 16 juin, il est précisé que pour les activités libres, les tarifs de non-résidents seront appliqués directement à l'utilisateur. Pour le patinage libre par exemple, un adepte de Notre-Dame-du-Mont-Carmel devrait débourser 100 $ entre septembre et décembre. 
Pour les utilisateurs moins réguliers, ils pourront toujours payer un accès à chaque fois et ce tarif sera dévoilé lors du lancement de la programmation automnale.