Michel Angers

Angers n’est pas très intéressé

SHAWINIGAN — Il ne faut pas s’attendre à ce que le conseil municipal de Shawinigan s’inspire des élus trifluviens et ouvre la porte aux journalistes lors des sessions de travail qui servent à préparer les séances publiques. Le maire, Michel Angers, ne voit pas l’utilité d’adopter une politique semblable.

Rappelons qu’à Trois-Rivières, les journalistes pourront assister à ces rencontres entre élus à compter du 21 août. Un exercice de transparence qui ne risque pas de faire boule de neige à Shawinigan, à court terme du moins.

«Nous avons du travail qui se fait en privé», explique M. Angers. «Nous avons de bonnes discussions, de bons débats. On tient à ce que ça reste ainsi. Nous n’avons pas de filtre. Ma crainte, c’est que si des journalistes assistent à ces rencontres, nous devrons en organiser d’autres au préalable et nous allons filtrer ce qu’il faut pour faire semblant qu’on s’entend quand le journaliste est là. Moi, je n’y crois pas.»

«Nous avons besoin d’être entre nous», ajoute le maire. «Nous avons besoin de faire des débats de fond sans réserve. Pour le reste, pendant les séances publiques, j’essaie d’être le plus pédagogue possible. Nous allons toujours préférer faire nos débats à l’interne et par la suite, donner les explications. Les conseillers sont toujours libres d’intervenir quand ils veulent, comme ils veulent.»

De toute manière, M. Angers mentionne qu’aucune demande en ce sens n’est venue à ses oreilles jusqu’à maintenant. Il faut dire qu’il règne une harmonie parfaite au conseil municipal de Shawinigan depuis plusieurs années. En fait, le dernier vote en séance publique a été demandé le 5 mars 2013.