Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Angers défend le travail des employés municipaux

SHAWINIGAN — Bien qu’il comprenne les nombreuses doléances des citoyens sur l’état des rues à Shawinigan depuis la fin de l’hiver, le maire, Michel Angers, n’acceptera aucune insinuation sur le manque de professionnalisme des employés municipaux.

Tout au long du printemps, certains citoyens s’en sont donné à coeur joie sur les réseaux sociaux, pour dénoncer l’état pitoyable de certains tronçons. Des commentaires pas très flatteurs étaient parfois appuyés de photos révélatrices de la chaussée... ou d’une suspension de véhicule qui n’avait pas résisté aux chocs répétés des nids-de-poule.

À la toute fin de la dernière séance publique régulière, André Grosleau a pris la parole pour questionner la méthode de travail des employés municipaux. Selon ses observations, certaines équipes manquent de professionnalisme en réparant quelques nids-de-poule sur une rue donnée et en laissant intacts d’autres trous tout aussi importants quelques mètres plus loin.

Après avoir voulu savoir comment étaient établies les priorités pour ces réparations, M. Grosleau a demandé qui s’occupait de la surveillance de ces travaux. C’est à ce moment que la température a commencé à monter.

«Il me semble que les priorités seraient simples à établir», suggère le citoyen. «Mais présentement, le travail est vraiment mal fait. Par exemple, sur la 5e Avenue, on colmate des trous et à l’occasion, on en oublie. C’est une façon de dire: on reviendra. Pour protéger leur job, je ne sais pas trop quoi. En allant vers le Rocher, c’est plein de trous et on n’a pas réparé ça...»

Le maire, Michel Angers, ne pouvait croire ce qu’il venait d’entendre.

«Vous êtes en train de nous dire que nos employés, volontairement, font mal leur travail pour être capables de revenir, qu’on ne fait pas de surveillance? On va s’arrêter là-dessus.»

Mais M. Grosleau n’avait pas terminé. «Est-ce que le directeur général, à l’occasion, sort de son bureau, va sur le terrain pour regarder le travail?»

«Ça faisait un bon petit bout de temps que je ne vous avais pas entendu», a renchéri le maire. «Si vous arrivez avec de gros mots pour accuser à peu près tout le monde, le directeur général, les employés... Si vous pensez qu’il n’y a que vous qui fonctionnez bien, tant mieux pour vous. Mais je peux vous dire qu’à la direction générale, chez les employés, ces gens-là essaient de donner le meilleur service possible à la population. Il peut y avoir des erreurs, mais ces gens sont de bonne foi. Ils tentent de travailler le plus convenablement possible.»

«Je n’accepterai pas que vous fassiez des accusations gratuites sur des choses que vous ne pouvez pas savoir», ajoute M. Angers. «Je suis prêt à en recevoir, à être patient. Mais quand on accuse à tort un peu tout le monde, je n’accepterai pas ça.»

Le maire a mis fin à la séance publique de cette façon. En entrevue avec les journalistes par la suite, il a répété que le conseil municipal avait décidé d’entreprendre un ambitieux plan d’investissement de deux millions de dollars par année pendant dix ans pour améliorer les surfaces de roulement à Shawinigan.

«Je sais que l’attente est difficile», commente-t-il. «Mais on va le faire. Quand les dix ou douze pires tronçons seront faits, nous recommencerons à d’autres endroits l’année prochaine. Il y en a beaucoup à faire, mais nous ne sommes pas les seuls. C’est la même chose partout.»

M. Angers a également rappelé qu’au printemps, la Ville avait décidé d’ajouter des équipes d’intervention pour répondre à la demande de réparation de nids-de-poule, entraînant ainsi un retard dans le balayage des rues.