L'entreprise Conseillers forestiers Roy a publié un communiqué de presse, jeudi après-midi, dans lequel elle exprime des regrets à la suite des propos tenus par son président, Antoine Roy. Pour le maire de Shawinigan, Michel Angers (notre photo), cette déclaration met un terme à la controverse.

Angers à la rencontre de la communauté musulmane

La tuerie dans une mosquée de Québec, dimanche soir, nous rappelle tristement que personne n'est à l'abri d'un déversement de haine, constate le maire de Shawinigan, Michel Angers. Même s'il ne se sent pas immunisé contre un acte de folie, il rappelle que les citoyens ont très bien intégré l'arrivée d'une première mosquée, sur l'avenue Saint-Marc, au printemps 2015. En début de soirée lundi, il compte d'ailleurs rencontrer les membres du Centre culturel musulman pour exprimer son soutien à la communauté.
«Shawinigan se positionne comme une ville d'ouverture», constate-t-il, en rappelant des initiatives comme la campagne Carrément Panda! du Service d'accueil aux nouveaux arrivants et la Politique favorisant l'accueil, l'intégration et la rétention des personnes immigrantes.
«Les événements de Québec ne doivent d'aucune façon altérer quoi que ce soit», poursuit le maire. «La population shawiniganaise ouvre les bras aux différentes communautés. Ça devra renforcer notre lien.»
«Pour le moment, j'ai encore très peu d'information sur les intentions des individus. Au-delà de ça, personne n'est à l'abri. Malgré tout, les mesures de sécurité sont importantes à travers le monde. Je ne vois pas ce qu'on pourrait faire de plus, sinon continuer à faire la promotion de la cohabitation et de l'ouverture.»