Andrée Cossette

Andrée Cossette prend la route de Sherbrooke

La vérificatrice générale de la Ville de Trois-Rivières, Andrée Cossette, deviendra sous peu la nouvelle vérificatrice générale de la Ville de Sherbrooke. C'est du moins ce qui a été conjointement entériné, lundi, par le conseil municipal de Sherbrooke et par le comité exécutif de la Ville de Trois-Rivières.
Le mandat d'Andrée Cossette doit se terminer à Trois-Rivière le 23 janvier prochain. Celle qui rend habituellement public son rapport de vérification au début du mois d'octobre en sera donc à son dernier rapport présenté pour la Ville de Trois-Rivières en octobre prochain.
Toutefois, afin d'assurer une transition harmonieuse, il semble qu'Andrée Cossette ira plus rapidement travailler à Sherbrooke, alors qu'une entente de prêt de service a été conclue avec le comité exécutif de Trois-Rivières. En effet, du 24 août au 31 octobre, elle s'y trouvera à raison d'une journée par semaine. À compter du 1er novembre, elle sera en prêt de service à temps plein, à raison de cinq jours par semaine et ce, jusqu'à la fin de son contrat avec Trois-Rivières, le 23 janvier 2018.
Lundi soir, le conseil municipal de Sherbrooke a non seulement reçu le dépôt du rapport de son actuel vérificateur général, mais a également entériné la candidature de Mme Cossette pour occuper cette fonction à compter de janvier prochain.
Du côté de Trois-Rivières, le maire Yves Lévesque assure que le processus pour remplacer
Mme Cossette, au terme de son mandat, n'a pas encore été enclenché et ce, même s'il est maintenant acquis qu'elle n'assumera plus cette fonction sur le terrain à compter du 1er novembre, étant en prêt de service à temps plein. Il semble que la nomination du prochain vérificateur général sera un dossier qui sera légué au prochain conseil municipal, après l'élection de novembre.
Jointe par téléphone, Mme Cossette n'a pas été en mesure de confirmer ou d'infirmer quoi que ce soit, étant donné que rien n'avait encore été entériné par les entités responsables, en après-midi.
Mandat chargé
Les sept années du mandat d'Andrée Cossette à Trois-Rivières ne sont certes pas passées inaperçues, elle qui, au fil des années, a mis en lumière plusieurs lacunes dans diverses sphères de l'administration municipale, entraînant du même coup des améliorations à différents niveaux dans l'appareil municipal.
C'est notamment sous sa loupe que trois dossiers ont été soumis à l'Unité permanente anti-corruption (UPAC) dans son rapport de l'année 2012. Les trois dossiers concernaient l'octroi de contrats qui méritaient vérification, selon elle. Mme Cossette a également plaidé, au fil des années, pour une meilleure reddition de compte aux élus en ce qui concerne les organismes paramunicipaux, de même que l'amélioration des règles d'éthique à IDÉ Trois-Rivières lors d'octrois de subventions.
Elle avait également révélé les coûts importants liés au développement de Trois-Rivières sur Saint-Laurent, qui étaient passés de 55 M$ à plus de 140 M$ en 2013, de même que les importantes irrégularités administratives survenues à la Corporation de l'Île Saint-Quentin et mises en lumière au printemps 2013. L'an dernier, elle annonçait vouloir s'intéresser au développement des grands projets pour son rapport, attendu en octobre. On peut donc s'attendre à ce qu'elle pose sa loupe sur les projets de colisée, de développement du District-55 ainsi que du centre des congrès de l'hôtel Delta, du moins en ce qui concerne la participation financière de la Ville dans ce projet.
On se souviendra aussi que Mme Cossette avait fait l'objet d'une poursuite de la part de Steve Dubé et Alain Lamarre en ce qui concerne le dossier des Fêtes du 375e anniversaire de Trois-Rivières. La vérificatrice générale avait en effet été poursuivie conjointement avec le Groupe des sept de l'époque, la Ville de Trois-Rivières et la Corporation de l'Amphithéâtre, une poursuite de 1 680 000 $ pour atteinte à la réputation. Le dossier s'était finalement soldé par un versement de 250 000 $ de la Corporation de l'Amphithéâtre aux deux plaignants, qui s'étaient du même coup désistés de leur poursuite en diffamation contre la Ville, le Groupe des sept et Mme Cossette.
Native de Saint-Narcisse, Andrée Cossette oeuvrait comme comptable à l'ancienne usine Laurentide de Grand-Mère au moment de sa nomination, en 2010. Elle est la fille de l'ancien maire de Saint-Narcisse, Gilles Cossette, décédé en 2010, qui a occupé la mairie de Saint-Narcisse de 1993 à 2005.